Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des chercheurs confirment l'existence de pluies de diamants sur Neptune et Uranus — l'industrie pourrait en bénéficier à sa manière

Des chercheurs confirment l'existence de pluies de diamants sur Neptune et Uranus — l'industrie pourrait en bénéficier à sa manière
© Image d'illustration d'une "pluie" de diamants sur Neptune. GREG STEWART, SLAC NATIONAL ACCELERATOR LABORATORY

L'hypothèse qu'il existe des "pluies" de diamants sur Neptune et Uranus avait été avancée dès 2010. Elle vient d'être confirmée et l'industrie pourrait en tirer profit à sa manière.

Des chercheurs de l'université de Stanford (Etats-Unis) ont récemment produit en laboratoire des nanodiamants après avoir recréé les conditions atmosphériques des deux planètes bleues, rapporte une étude publiée cette semaine dans la revue scientifique "Nature Astronomy", repérée par le magazine américain Discover.

Selon le communiqué de presse, Neptune et Uranus produiraient des diamants bien plus gros — de l'ordre de millions de carats — que ceux générés par les chercheurs en laboratoire.

Cette expérience pourrait avoir une utilisation concrète en industrie en permettant de produire des nanodiamants plus facilement. Ces minuscules pierres précieuses sont en effet utilisées dans les équipements médicaux, dans les composants électroniques... Les nanodiamants qui sont actuellement sur le marché sont produits par détonation.

Or, la technique utilisée en laboratoire par les chercheurs de Stanford ayant recours au laser pourrait offrir une alternative plus "propre" et "plus facile à maîtriser", indique l'étude.

Les diamants comportent par ailleurs des caractéristiques précieuses pour le stockage des données informatiques, selon une étude publiée à l'automne dernier. Un diamant — dont la longueur correspond à la moitié d'un grain de riz et dont l'épaisseur est plus fine qu'une feuille de papier — pourrait ainsi contenir 100 fois plus d'informations qu'un DVD.

Pour les astronomes, cette découverte est importante puisqu'elle permet de comprendre par exemple pourquoi Neptune et Uranus ont des composants globalement similaires mais sont d'un bleu si différent, ou d'en savoir plus sur le comportement des planètes gazeuses géantes de façon générale.

Découvrir plus d'articles sur :