Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Plus de 100 mannequins signent une lettre ouverte au DG de Victoria's Secret pour dénoncer la 'culture de la misogynie, de l'intimidation et du harcèlement' au sein de l'entreprise

Plus de 100 mannequins signent une lettre ouverte au DG de Victoria's Secret pour dénoncer la 'culture de la misogynie, de l'intimidation et du harcèlement' au sein de l'entreprise
© Dimitrios Kambouris/Getty Images

Plus de 100 mannequins ont signé mercredi 5 février une lettre ouverte au DG de Victoria's Secret, John Mehas, l'exhortant à prendre des mesures pour mettre fin aux abus qui auraient eu lieu dans l'entreprise. La Model Alliance, une association qui apporte son soutien aux personnes travaillant dans l'industrie de la mode, a rédigé la lettre. Dans celle-ci, l'association à but non lucratif exhorte Victoria's Secret à rejoindre son programme Respect, dans lequel les entreprises participantes s'engagent à respecter un code de conduite garant de la sécurité sur le lieu de travail.

Le New York Times a récemment publié un rapport décrivant une "culture de la misogynie, de l'intimidation et du harcèlement" chez Victoria's Secret. Environnement qui aurait été encouragé par Ed Razek et Les Wexner, deux cadres supérieurs de la société mère de la marque de lingerie, L Brands, selon d'anciens et actuels cadres, employés, entrepreneurs et mannequins. Citant l'enquête du journal comme ce qui a motivé la rédaction de la lettre, Model Alliance écrit : "nous pensons que ce moment peut être un signal d'alarme pour Victoria's Secret".

Des sources ont indiqué au New York Times qu'Ed Razek, un ancien cadre de L Brands qui a démissionné en octobre dernier, aurait demandé à des femmes de s'asseoir sur ses genoux et de l'embrasser. Sara Ziff, mannequin de longue date, fondatrice et directrice exécutive de Model Alliance, a déclaré à Business Insider que l'Alliance parle à L Brands des problèmes de harcèlement depuis plusieurs mois.

"Il est à la fois frustrant et profondément troublant que Victoria's Secret/L Brands n'ait toujours pas pris au sérieux les préoccupations des mannequins concernant leur sécurité au travail", s'est-elle indignée. Le 29 janvier dernier, le Wall Street Journal révélait que Les Wexner avait l'intention de vendre Victoria's Secret et de quitter son poste de PDG.

À lire aussi —La marque Victoria's Secret pourrait être vendue après une série de polémiques

Un porte-parole de L Brands a indiqué à Business Insider : "Model Alliance et nous partageons un objectif commun, à savoir assurer la sécurité et le bien-être de nos mannequins. Nos solides procédures durant les séances photos, la formation et la supervision, ont été mises en place en mai 2019 et reflètent des éléments du programme RESPECT, voire vont plus loin. Nous sommes fiers des progrès que nous avons réalisés et restons investit dans une démarche de constante évolution. Nous sommes toujours prêts à nous engager avec ceux qui cherchent à apporter des améliorations dans l'industrie".

View this post on Instagram

As I type this my entire body is shaking. I've waited 4.5 years to feel strong and supported enough to say this story out loud. I've carried this story around with me like a ball and chain for 1,642 days. In June 2015 while working for @victoriassecret I was singled out by Ed Razek in a room full of people and harassed for getting up for a second plate at the buffet lunch on set. An entire room of people watched and did nothing while he body shamed me and said things like, “Are you really going eat more bread?” and “How do you look at yourself in the mirror everyday?” For years I wrestled with this man’s voice in my head every time I wanted to eat more food, every time I looked in the mirror. For years this experience weighed on me with shame and I barely talked about it but I thought about I all the time. And my best guess is that Ed Razek doesn’t even remember me let alone that day on set when he needed to abuse a smaller person so that he could feel bigger. But I am not small now. Not today. Today I speak my truth along side many other women. Today I weigh an additional 35 pounds than I did on that day. Today I am so proud of my body, what it looks like and what it’s capable of. Today I am finally free of this. You can read the full story on the toxic culture of @victoriassecret in the @nytimes.

A post shared by Casey Crowe Taylor (@caseycrowetaylor) on

Voici la lettre ouverte complète de Model Alliance :

Cher M. Mehas,

Model Alliance a rencontré L Brands/Victoria's Secret il y a cinq mois et a proposé à l'entreprise de prendre des mesures concrètes pour changer la culture de la misogynie et de l'abus qui y règne. L'entreprise a refusé d'agir. L Brands/Victoria's Secret a refusé de prendre des engagements contraignants pour protéger les mannequins et les autres travailleurs contre le harcèlement en adhérant au programme RESPECT.

Nous vous écrivons aujourd'hui parce que l'enquête du New York Times "Angels' in Hell : The Culture of Misogyny Inside Victoria's Secret" ("Les Anges en enfer : la culture de la misogynie au sein de Victoria's Secret"), montre que la culture de la misogynie, de l'intimidation et du harcèlement à Victoria's Secret est encore plus flagrante et plus enracinée qu'on ne le pensait. Le Times fait état de plaintes répétées à propos de comportements inappropriés envers les mannequins et les employés : Body shaming [le fait de se moquer de quelqu'un par rapport à son apparence physique, ndlr] remarques obscènes, empoignades, représailles pour avoir refusé des avances, utilisation non autorisée des images des modèles et pressions pour poser nu sans rémunération pour les prises de vue personnelles d'un photographe. Selon Casey Crowe Taylor, un ancien employé des relations publiques, "on a ri de ces abus et on les a acceptés comme étant normaux [...] Et quiconque a essayé de faire quelque chose à ce sujet n'a pas été simplement ignoré. Ils ont été punis".

C'est profondément troublant mais pas surprenant, car nous avons constaté des problèmes similaires à de nombreuses reprises dans notre industrie. Cependant, les représailles intenses utilisées par Victoria's Secret pour faire taire ceux qui ont dénoncé des manquements sont particulièrement déplorables. En effet, le Times a qualifié Victoria's Secret d'"étude de cas de la mauvaise façon de traiter les allégations de mauvaise conduite".

Lorsque Model Alliance a rencontré Tammy Roberts Myers, directrice de la communication de L Brands à New York en septembre dernier, il a été clairement établi que Victoria's Secret ne prenait pas ces plaintes au sérieux. Après cet entretien, dans un mail, elle nous a écrit que Victoria's Secret n'était pas prête à prendre des mesures concrètes pour répondre à ces allégations — l'entreprise est simplement "en train d'apprendre et d'écouter en permanence". Face aux horribles révélations de l'année dernière, cette réponse est tout à fait inacceptable. Le temps de l'écoute est révolu depuis longtemps ; il est temps pour Victoria's Secret de prendre des mesures pour protéger les personnes dont elle tire profit. Les violations des droits de l'homme ne peuvent pas être stoppées par un exercice de relooking de l'entreprise.

Nous pensons que ce moment peut être un signal d'alarme pour Victoria's Secret. C'est l'occasion de prendre des mesures significatives pour mettre fin à ces abus en rejoignant le programme RESPECT, comme le demandent les modèles depuis décembre 2018. Le programme RESPECT — un programme de la Model Alliance — est le seul programme de responsabilisation existant conçu par et pour des modèles. Dans le cadre de ce programme, les entreprises signataires s'engagent à exiger de leurs employés, agents, vendeurs, photographes et autres entrepreneurs qu'ils respectent un code de conduite pour le bien-être et la sécurité de chacun sur le lieu de travail. Les mannequins ont accès à un mécanisme de plainte indépendant et confidentiel, avec une résolution rapide et équitable des plaintes et des conséquences appropriées pour les auteurs d'abus. En outre, RESPECT comprend un solide programme de formation axé sur la prévention, afin que chacun comprenne ses droits et ses responsabilités.

Model Alliance croit à la sécurité, à la liberté de travailler sans crainte de harcèlement et aux conséquences réelles pour les agresseurs. L'incapacité de Victoria's Secret à créer un environnement de responsabilité, tant en interne que dans leurs interactions avec son réseau d'agences et de créatifs, sape ces valeurs. Nous envisageons un secteur dans lequel l'expression créative s'épanouit et où chacun peut travailler sans crainte de harcèlement ou d'abus. C'est pourquoi nous avons lancé le programme RESPECT, et nous exhortons une fois de plus Victoria's Secret à se joindre à nous pour créer une industrie de la mode plus sûre et plus équitable.

Nous invitons Victoria's Secret à travailler avec nous pour résoudre ces problèmes et à s'engager dans des actions significatives en rejoignant le Programme RESPECT. Nous sommes aux côtés des femmes courageuses qui se sont manifestées et ont partagé leur histoire, malgré la crainte de représailles ou de nuisance envers leur carrière.

Leurs histoires méritent RESPECT.

Rejoignez-nous.

Sincèrement,

Model Alliance

Version originale : Shoshy Ciment / Business Insider. Traduit de l'anglais par Mégan Bourdon

Découvrir plus d'articles sur :