Plus de 40% des Français sont prêts à payer pour un rendez-vous avec leur conseiller bancaire

Pub du CIC YouTube/CIC

Et si les banques avaient trouvé un moyen pour endiguer la baisse de leurs marges, rognées par des taux d'intérêt toujours plus bas ? Les résultats de la dernière étude Deloitte, dévoilée le 18 septembre, sur les "Relations banques et clients", offrent une piste intéressante. Selon le cabinet d'audit, qui a interrogé 3 392 clients, 43% des Français sont enclins à payer pour un rendez-vous avec un conseiller bancaire, contre 35% seulement un an auparavant. Plus précisément, 11% ont répondu "oui certainement" et 32% "oui probablement" quand on leur a demandé s'ils étaient prêts à débourser de l'argent pour un rendez-vous, en imaginant qu'ils bénéficient déjà d'un compte et d'une carte bancaire entièrement gratuits. 

Les Français sont donc de plus en plus disposés à payer pour obtenir des conseils et une expertise, pour mieux gérer leur argent et souscrire par exemple un crédit immobilier. Ils se sentent notamment insuffisamment accompagnés par leur banque dans des moments de vie importants, et parfois difficiles, comme lors d'un divorce ou d'un décès impliquant une succession. Les usagers des banques sont même prêts à payer jusqu'à 24 euros pour un rendez-vous.

Si ce montant peut surprendre, il n'est guère élevé, selon Baudoin Choppin de Janvry, spécialiste du secteur bancaire chez Deloitte. "Les Français sont prêts à payer le prix d'un généraliste pour un spécialiste", souligne-t-il, dans un comparatif avec le domaine médical. Les établissements bancaires tendent à réduire leur personnel d'accueil en agence ces dernières années, pour mieux former leurs conseillers afin de renforcer leurs compétences et leurs spécialisations. "Les banques espéraient entre 60 et 80 euros pour un entretien d'une heure et demie. Nous avons estimé de notre côté à 100 euros de l'heure un tel rendez-vous, en moyenne nationale, et c'est plus cher à Paris", ajoute Baudoin Choppin de Janvry.

Les clients enclins à plus partager leurs données personnelles

A l'heure où les néobanques concurrencent de plus en plus les établissements traditionnels, grâce à des offres gratuites, les Français acceptent de moins en moins les coûts associés à leur compte en banque et leur carte de paiement. Ils sont 56% à considérer les frais bancaires trop élevés. Ce qui n'empêche pas une large majorité de Français (65%) de continuer à faire confiance à leurs banques. 

Beaucoup (67%) se disent même prêts à partager plus d'informations personnelles avec elles, pour bénéficier d'offres et services mieux adaptés à leurs besoins. "Les Français ont compris que leurs données avaient de la valeur et que s'ils laissent les banques les utiliser, ils seront mieux servis. C'est comme sur Netflix (le service de streaming connaît l'historique des films et séries visionnés par ses utilisateurs, ndlr), les données personnelles peuvent permettre de meilleures recommandations", estime l'expert de Deloitte.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les silences gênants peuvent vous aider à obtenir plus d'argent pendant une négociation salariale

VIDEO: Cette assiette absorbante rend les plats moins gras