Plus de 1,6 million de personnes ont signé la pétition dénonçant l'inaction de l'Etat français pour lutter contre le réchauffement climatique

Marche pour le climat, le 8 décembre 2018, à Paris. REUTERS/Piroschka van de Wouw

Plus de 1,6 million de personnes avaient signé lundi une pétition sur Internet soutenant le projet de quatre associations d'attaquer l'Etat français en justice pour non-respect de ses engagements dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Selon plusieurs médias, aucune pétition n'a recueilli en France autant de signatures que celle lancée mardi par ces organisations : Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l'Homme, Greenpeace France et Oxfam France.

Ces dernières prévoient d'assigner l'Etat en justice "pour inaction face aux changements climatiques", lit-on sur le site Internet dédié à cette action, nommée "l'Affaire du siècle".

L'"objectif est de faire reconnaître par le juge l'obligation de l'Etat d'agir pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C, afin de protéger les Français.es face aux risques induits par les changements climatiques", poursuivent les associations.

Elles précisent avoir envoyé le 18 décembre à plusieurs ministres une "demande préalable indemnitaire démontrant l'inaction de l'Etat depuis des décennies face au changement climatique et demandant une réparation des préjudices causés par cette inaction". Cet envoi ouvre, selon elles, une période de deux mois pendant laquelle l'Etat peut ou non répondre.

A l'issue des deux mois, elles prévoient de déposer un recours en plein contentieux devant le tribunal administratif de Paris.

Si le juge admet la recevabilité du recours, la procédure durera probablement deux à trois ans, ajoutent-elles.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, avait répondu aux associations jeudi, en les invitant à porter leurs revendications dans le cadre du grand débat national décidé face à la crise des "Gilets jaunes".

"Je partage cette impatience", déclare-t-il dans une vidéo publiée sur Twitter. "Transformons cette mobilisation, en mobilisation autour de solutions, autour de propositions (...). Portez cette voix dans le grand débat."

Les responsables des associations assurent que leurs revendications sont compatibles avec celles des "Gilets jaunes", qui ont pourtant obtenu l'annulation de la hausse de la fiscalité sur les carburants. Cette augmentation devait, selon l'exécutif, contribuer à la lutte contre la pollution et le dérèglement climatique.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les 30 pays et territoires les plus chauds de la planète

VIDEO: J'ai sauté le petit-déjeuner pendant 2 semaines — voici pourquoi je ne le ferai plus jamais