Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Plusieurs milliers de tonnes de poussières extraterrestres tombent sur Terre chaque année

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Plusieurs milliers de tonnes de poussières extraterrestres tombent sur Terre chaque année
Micrographie électronique d'une micrométéorite extraite des neiges antarctiques. © © Cécile ENGRAND/Jean DUPRAT

On les appelle micrométéorites. Il s'agit de poussières interplanétaires, issues de comètes et d'astéroïdes, qui tombent sur la Terre. Une nouvelle étude scientifique, qui sera publiée le 15 avril dans la revue Earth & Planetary Science Letters, a réussi, sur la base de calculs et d'extrapolations, à quantifier ce flux constant qui nous parvient de l'espace : ce sont quelque 5 200 tonnes de poussières extraterrestres qui tomberaient chaque année sur la Terre.

"Il s'agit là du principal apport de matière extraterrestre sur notre planète", indique le CNRS dans un communiqué, "loin devant celui des objets de plus grandes tailles comme les météorites, dont le flux est inférieur à une dizaine de tonnes par an". Ces micrométéorites mesurent en moyenne "de quelques dixièmes à centièmes de millimètres" et sont issues, en grande majorité — soit environ 80% — de comètes, tandis que le reste provient d'astéroïdes. Le résumé de l'étude indique que les simulations numériques ont permis d'établir que la plupart des poussières provenaient des comètes "de la famille de Jupiter".

À lire aussi — Les poussières d'astéroïdes prélevées par la sonde japonaise pourraient nous éclairer sur la naissance de l'univers

Le programme de recherche a été mené pendant près de 20 ans par une équipe scientifique issue du CNRS, de l'université de Paris-Saclay et du Museum d'histoire naturelle, avec le soutien de l'Institut polaire français. Les scientifiques ont effectué six expéditions en Antarctique, en Terre Adélie, un territoire de 432 000 km2 qui a pour sommet le pôle sud géographique.

La collecte de micrométéorites en Antarctique. Jean DUPRAT/ Cécile ENGRAND/ CNRS Photothèque

La recherche et l'analyse des micrométéorites a été effectuée près de la base franco-italienne Concordia, à 1 100 km des côtes, "un lieu idéal de collecte en raison de la faible accumulation de neige et la quasi-absence de poussières terrestres". Les équipes ont ainsi pu identifier 1 280 micrométéorites non-fondues. Cette étude va permettre d'approfondir les connaissances sur le rôle des poussières interplanétaires dans l'apport en eau et en molécules dans les premiers temps du système solaire.

À lire aussi — Cette mystérieuse comète interstellaire pourrait être la plus pure jamais découverte

Découvrir plus d'articles sur :