Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Pluton abriterait un océan sous sa surface gelée et ça change ce que l'on pensait savoir sur la planète naine

Pluton abriterait un océan sous sa surface gelée et ça change ce que l'on pensait savoir sur la planète naine
© NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/ Southwest Research Institute

Dans une étude publiée dans Nature Geoscience, une équipe d'astronomes japonais a suggéré l'existence d'un océan liquide sous la surface gelée de Pluton, rapporte CosmosMagazine. Cet océan se situerait plus précisément dans la plaine Spoutnik, qui forme la partie gauche du cœur de Pluton. Cette découverte, basée sur les données récoltées par la sonde New Horizons, qui est passée au-dessus de Pluton en juillet 2015, semble chambouler ce que l'on pensait savoir sur la planète naine. En effet, jusqu'à présent, les scientifiques pensaient que la température nécessaire pour maintenir un océan liquide sur Pluton était trop élevée pour que la couche de glace puisse rester gelée.

Les astronomes ont émis une nouvelle hypothèse : il existerait une couche de gaz située entre la glace et l'océan liquide, qui leur permettrait d'être isolé l'un de l'autre et donc de coexister. Selon les chercheurs, cette couche isolante serait composée d'hydrates de gaz, des cristallins solides qui se comportent comme de la glace. Ils ont une faible conductivité thermique, ce qui permettrait de maintenir l'océan assez chaud pour qu'il reste sous l'état liquide.

A l'aide de simulations informatiques couvrant une période de 4,6 milliards d'années (ce qui correspond au début du Système solaire), les astronomes ont montré que "la présence d'une mince couche d'hydrates de gaz à la base de la couche de glace peut expliquer à la fois la survie à long terme de l'océan et le maintien des contrastes dans l'épaisseur de la couche". Sans cette couche isolante, l'océan aurait gelé depuis des centaines de millions d'années. Quant à la nature du gaz de ces hydrates, il pourrait s'agir de méthane, "dérivé de corps précurseurs et/ou du craquage de matières organiques dans le noyau rocheux chaud", selon les chercheurs.

Cette découverte pourrait suggérer l'existence d'océans liquides sur d'autres lunes glacées ou exoplanètes gelées. "Il y a plus d'océans dans l'univers qu'on ne le pensait auparavant, ce qui rend l'existence de la vie extraterrestre plus plausible", a estimé Shunichi Kamata de l'Université de Hokkaido qui a dirigé l'étude.

Découvrir plus d'articles sur :