Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Pôle emploi enregistre une hausse historique du nombre de chômeurs sur un mois

Pôle emploi enregistre une hausse historique du nombre de chômeurs sur un mois
© Balint Porneczi/Bloomberg via Getty Images

La crise sanitaire et les mesures de confinement mettent à mal l'activité dans notre pays. De nombreuses entreprises sont à l'arrêt, gèlent leurs embauches et ne renouvellent pas les contrats courts des travailleurs. Résultat, le nombre de chômeurs en catégorie A (sans aucune activité) a enregistré une hausse historique sur un mois en mars, pour s'établir à 3,732 millions, a indiqué Pôle emploi lundi 27 avril. Au total, la France compte ainsi 246 100 chômeurs en plus, soit une augmentation de 7,1%, du jamais vu depuis les premières analyses réalisées en 1996.

Sur le premier trimestre, la hausse reste faible — de 0,7% à 3,576 millions chômeurs — car ce nombre avait fortement baissé en janvier et février. Du fait d'une diminution nette du nombre de demandeurs d'emploi en activité réduite (catégories B, C), l'effectif A, B, C augmente moins fortement en mars — de 177 500 chômeurs, soit une hausse de 3,1%. Il reste stable sur le trimestre à 5,744 millions de demandeurs d'emploi. "Compte tenu du caractère inhabituel de la situation actuelle", Pôle emploi et la Dares, le service statistique du ministère du Travail, ont publié en plus des chiffres trimestriels "une note sur les évolutions intervenues sur le seul mois de mars".

L'accroissement des effectifs inscrits en catégories A, B, C en mars "provient à la fois d'une nette augmentation des entrées à Pôle emploi (+5,5 %) et d'une très forte baisse des sorties (-29,0%)", soulignent-ils dans un communiqué. "Les entrées pour fins de mission d'intérim et fins de contrats courts sont en hausse, la mise en place du confinement ayant conduit à des non-renouvellements ainsi qu'à de moindres nouvelles embauches de courte durée", expliquent-ils.

Peu de chômeurs ont retrouvé un emploi

"Cette hausse, historique, s’explique par le fait que les personnes qui étaient au chômage en février le sont toujours en mars : chaque mois, ce sont environ 550 000 personnes qui entrent et 550 000 personnes qui sortent de Pôle emploi", complète le ministère du Travail. "La plupart des motifs de sorties se replient, notamment les défauts d'actualisation, qui recouvrent généralement pour partie des reprises d'emploi non déclarées à Pôle emploi, mais aussi les reprises d'emploi déclarées, les entrées en stage ou en formation, ainsi que les radiations administratives", précisent Pôle Emploi et la Dares.

"Cette crise est inédite et notre mobilisation est totale. Nous agissons depuis le début de la crise pour éviter les licenciements massifs par le dispositif du chômage partiel et pour accompagner les plus vulnérables", a assuré la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, dans un communiqué de presse. "Nous avons pris des mesures d’urgence pour adapter les règles de l’assurance chômage afin de lutter contre la précarité. Nous les maintiendrons pour le mois de mai", a-t-elle ajouté.

À lire aussi — Voici les 3 secteurs qui ont le plus recours au chômage partiel

Business Insider (avec AFP)
Découvrir plus d'articles sur :