The Martian

Giles Keyte/20th Century Fox

Dans le film blockbuster "Seul sur Mars" sorti en 2015, un astronaute avec une formation de botaniste se retrouve abandonné sur Mars et doit se sortir de cette situation désespérée, grâce aux sciences.

Ce personnage Mark Watney (joué par Matt Damon) survit sur Mars en faisant pousser des pommes de terre. Il y parvient en utilisant ses excréments comme engrais et en plantant des tranches de pommes de terre dans le sol. Mark Watney produit ainsi assez de nourriture pour tenir des centaines de jours.

Mais cultiver la terre sur Mars ne restera peut-être pas de la science-fiction encore longtemps: le projet soutenu par la NASA baptisé "Potatoes on Mars" ("Des pommes de terre sur Mars") vient juste de faire pousser des tubercules dans un environnement semblable à celui de Mars, ce qui suggère que l'exploit de Watney pourrait vraiment être possible.

La NASA a examiné depuis des décennies l'envoi d'un équipage sur Mars et le Congrès américain vient d'adopter un projet de loi qui implore l'agence spatiale d'atteindre la planète rouge d'ici 2033. L'agence explore également des plans pour l'implantation d'une colonie martienne.

Pour cela, des scientifiques de la NASA et du Centre international de la pomme de terre (CIP) à Lima au Pérou ont mis sur pied une expérience de culture de tubercules, qui recrée les conditions extrêmes qui existent à la surface de la planète Mars.

Tout se passe à l'intérieur d'une boîte baptisée "CubeSat", qui peut être envoyée par fusée. Le CubeSat est constitué de pompes, de tuyaux d'eau, de lampes LED et des instruments pour imiter les températures martiennes, les cycles de lumière du jour et de nuit, les gaz et la pression de l'air. 

En février 2017, les chercheurs ont déversé à l'intérieur de cette boîte de la terre presque sans vie venant du désert Pampas de la Joya situé au Pérou, y ont planté un tubercule, ont scellé la boîte et ont commencé à filmer pour voir ce qu'il s'y passait.

"Les résultats préliminaires sont positifs", selon le communiqué de presse du CIP — ce qui veut dire qu'une pomme de terre a poussé dans une terre inhospitalière provenant d'un désert dans des conditions similaires à celles sur Mars.

Une pomme de terre a poussé dans ce cube. CIP

"Si les cultures peuvent tolérer les conditions extrêmes auxquelles elles sont exposées à l'intérieur de notre CubeSat, il y a de bonnes chances pour qu'elles poussent sur Mars", a expliqué dans le communiqué Julio Valdivia-Silva, chercheur à la NASA de l'Université d'ingénierie et de technologie à Lima.

Mark Watney (joué par Matt Damon) dans "Seul sur Mars". 20th Century Fox

Est-ce que cela marcherait vraiment sur Mars?

Cette expérience ne fournit pas la preuve irréfutable que cela fonctionnerait pour un éventuel fermier qui cultiverait des pommes de terres sur Mars. 

Premièrement, la terre ne venait pas vraiment de Mars. Même si elle était aride et inhospitalière, elle contenait probablement encore des microbes, qui ont peut-être aidé à faire pousser les pommes de terre.

Pour cette expérience, des coupes de pommes de terre ont été utilisées au lieu de graines. Ce qui pose un problème, puisque pour conserver les pommes de terre dans un voyage qui dure des mois ou des années peut nécessiter un chauffage sous pression (appelé thermostabilisation) ou un coup de radiation. Cela endommage les cellules de la pomme de terre. Il devient alors "difficile d'en faire pousser à l'aide de coupes", a expliqué Keith Cowing, le fondateur de NASAWatch, à Business Insider US dans un tweet.

Cependant, plusieurs autres expériences ont montré qu'il est peut-être possible de faire pousser de la nourriture sur le sol martien, et sur la surface lunaire poussiéreuse, qui est encore plus inhospitalière.

Bruce Bugbee, botaniste et chercheur à la NASA de l'Utah State University, avait dit à Tech Insider en 2015 qu'il n'y avait aucune raison pour laquelle on ne pourrait pas faire pousser des pommes de terre ou autres aliments sur le sol martien. (Il avait toutefois précisé que le fait que dans "Seul sur Mars", Watney mélange ses excréments dans le sol peut être "toxique pour les plantes.")

Le CIP, la NASA et d'autres institutions veulent désormais savoir de quoi sont composées les différentes variétés de pommes de terre dans le CubeSat, y compris des variétés spéciales qu'ils ont fait pousser pour résister aux dures conditions. 

"Nous ferons plusieurs séries d'expériences pour découvrir quelles variétés de pommes de terre survivent le mieux", a dit Valdivia-Silva. "Nous voulons savoir quelles sont les conditions minimales dont une pomme de terre a besoin pour survivre."

Non seulement ces expériences vont aider les fermiers astronautes à l'avenir, mais aussi pourraient être bénéfiques pour les humains sur Terre. 

"Les résultats indiquent que nos efforts pour cultiver des variétés à fort potentiel pour renforcer la sécurité alimentaire dans des régions affectées ou qui seront affectées par le changement climatique, sont en train de fonctionner", a dit Walter Amoros, un cultivateur de pommes de terre au CIP dans un communiqué du centre de recherche.

Vous pouvez regarder le projet "Potatoes on Mars" en time-lapse en cliquant ici.

Version originale: Dave Mosher/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Cette animation montre à quelle vitesse une fusée doit décoller pour quitter chaque planète

VIDEO: Cette ancien centre de vacances Nazi se transforme en station balnéaire de luxe