Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Pour la première fois, Netflix va sortir un film dans les salles d'une grande chaîne de cinémas

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Pour la première fois, Netflix va sortir un film dans les salles d'une grande chaîne de cinémas
"Army of the Dead". © Netflix

Netflix est souvent dépeint comme le grand fossoyeur des salles de cinéma. La plateforme multiplie donc les initiatives pour montrer qu'elle peut travailler avec elles, mais à ses conditions. Jusqu'à récemment, elles étaient inacceptables pour les grandes chaînes de multiplexes américaines. Mais la pandémie de Covid-19 est passée par là. Ce mardi 4 mai, Cinemark — troisième circuit du marché américain, avec 4 630 écrans — a annoncé qu'il diffusera "Army of the Dead", le film de Zack Snyder qui sort sur Netflix le 21 mai, dans 200 de ses salles, rapporte le New York Times.

Jusqu'à présent, Netflix n'avait réussi à proposer ses films que dans des cinémas indépendants, notamment afin de faire monter le buzz pour les long-métrages que la plateforme envoyait au Oscars. "Roma" d'Alfonso Cuarón et "The Irishman" de Martin Scorsese avaient ainsi été proposés sur approximativement 100 écrans aux Etats-Unis, rappelle Variety. Avec Cinemark, un total de 600 salles proposeront "Army of the Dead" sur grand écran.

Si le chiffre de 600 écrans est important pour Netflix, il reste minime comparé à un blockbuster classique. Ainsi, "Godzilla vs Kong" est sorti début avril sur 3 000 écrans aux Etats-Unis.

La pandémie a bousculé l'ordre établi

Netflix n'avait jamais réussi à diffuser ses films dans les grands multiplexes car les chaînes imposaient, avant la pandémie, une fenêtre d'exclusivité de 90 jours. Une condition inacceptable pour Netflix, qui veut pouvoir proposer ses long-métrages à ses abonnés le plus rapidement possible. La plateforme est allée jusqu'à 26 jours d'exclusivité en salles pour "The Irishman" à l'automne 2019.

La crise du Covid a bousculé l'ordre établi, y compris chez les studios traditionnels, qui ont pour la plupart désormais leur propre plateforme de streaming à promouvoir. Disney a ainsi sorti "Raya et le Dernier Dragon" simultanément en salles et sur Disney+ en mars, et va faire de même avec "Cruella" et "Black Widow" dans les mois qui viennent. Universal a signé un accord pour proposer ses films en video à la demande 17 jours après leur sortie en salles, et Warner Bros. va accorder aux cinémas une fenêtre d'exclusivité de 45 jours à partir de 2022. En 2021, le studio propose ses films sur HBO Max le même jour que dans les salles.

Ce genre d'accord n'est pas possible en France, où les fenêtres d'exclusivité sont définies selon un texte réglementaire — la fameuse "chronologie des médias" — qui impose d'attendre trois à quatre mois entre une sortie en salles et une disponibilité en vidéo à la demande, puis entre 15 et 34 mois avant d'arriver sur une plateforme de streaming par abonnement.

À lire aussi — Les 10 films et séries les plus populaires sur Netflix en France en avril

Découvrir plus d'articles sur :