Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’Etat au Numérique, est énervé. Il n'a pas réussi à faire plier Amazon et Alibaba. Ces deux géants du e-commerce refusent en effet de signer une charte de bonne conduite qui promeut des pratiques plus transparentes à l'égard des PME vendant leurs produits sur les "market places" ou places de marché. "Je suis en colère contre Amazon parce que nous avons passé beaucoup de temps à discuter avec eux", affirme Mounir Mahjoubi au Parisien. Leboncoin, Rakuten, Cdiscount, eBay, Fnac-Dary, La Redoute, ManoMano et Conforama se sont néanmoins engagés à signer la charte mardi.

"Nous ne pourrons pas accepter très longtemps des acteurs qui n'ont aucun impact positif pour les consommateurs, pour les entreprises et pour le pays. Ce n'est pas tenable", prévient Mounir Mahjoubi. Le gouvernement a conduit une médiation durant deux mois afin d'aboutir à un texte, censé être un premier pas vers plus de respect envers les PME françaises. Un texte qui pour le moment n'a rien de contraignant. En revanche, un règlement européen doit entrer en vigueur sur le sujet, avec cette fois des sanctions à la clé. "Il ne sera pas prêt avant 2020, or il nous faut aller vite. En outre, il est très en deçà de ce que nous avions demandé", explique Mounir Mahjoubi au Parisien.

Découvrez notre étude - Les assistants vocaux dans la distribution : comment les marques peuvent tirer profit de la voix pour rationaliser la découverte de produits, stimuler les ventes et fidéliser leurs clients

Si le secrétaire d'Etat au Numérique est pressé d'avancer, c'est que la relation entre les plateformes et les PME est largement déséquilibrée. Parmi les problèmes relevés par Mounir Mahjoubi, le déréférencement sans explication du compte de l'entreprise sur la "market place", la lutte insuffisante contre les contrefaçons ou encore "l'évolution des frais d'intermédiation". "Lors du renouvellement de leur contrat, certaines PME se retrouvaient avec des frais multipliés par deux ou par trois, pour attendre parfois 35% de leur chiffre d'affaires. Et ce, sans aucune possibilité de négociation", regrette le secrétaire d'Etat.

Autant de pratiques qui peuvent s'avérer très dangereuses pour de petites entreprises qui comptent sur les "market places" pour atteindre de nouveaux clients. Avec cette charte de bonne conduite, le gouvernement espère amener plus de transparence dans les relations entre les géants du e-commerce et les PME. Une charte à laquelle Amazon et Alibaba n'adhéreront pas, donc. Pour Mounir Mahjoubi, c'est maintenant aux Français de choisir en toute conscience sur quel site de e-commerce ils font leurs achats.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Google Shopping s'attaque à Amazon en France, voici comment le service fonctionne

VIDEO: Vous devez certainement mal conserver vos aliment depuis toujours — voici comment faire