Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Pourquoi beaucoup de jouets seront en rupture de stock ce Noël

Pourquoi beaucoup de jouets seront en rupture de stock ce Noël
© Getty Images/Tatyana Tomsickova Photography

"On estime sur le marché du jouet que nous aurons 10 fois plus de ruptures de stock au mois de décembre que d'habitude", affirme Franck Mathais, porte-parole de JouéClub à Business Insider France. Le constat est le même du côté de King Jouet. "Dans le jouet, on est sur un marché sur lequel la rupture fait partie de ce qui se passe (...). Ce sera encore le cas cette année, mais peut-être plus cette année", confirmait Philippe Gueydon, directeur général de l'enseigne, lors d'une conférence de presse mardi 13 octobre. Alors, pour quelles raisons les jouets seraient-il plus en rupture de stock cette année que pour les Noël précédents ?

"Cette année, les clients anticipent et adaptent leur comportement d'achat pour éviter la cohue en magasin du mois de décembre, mais aussi pour éviter un éventuel confinement en fin d'année", explique le porte-parole de JouéClub. Dans le cadre de la pandémie de Covid-19, les clients prendraient donc des précautions pour éviter tout risque sanitaire en se rendant en magasin dès le mois d'octobre. Mais ils anticipent aussi pour être sûrs d'avoir des cadeaux au pied du sapin pour leurs enfants en cette année si particulière.

57% des jouets proviennent d'Asie, un marché impacté par le Covid-19

Le fonctionnement du marché du jouet explique aussi ces potentielles ruptures à venir. La sélection des jouets de Noël commence parfois un an, voire un an et demi à l'avance selon les marques. La plupart des commandes sont effectuées par les magasins spécialisés comme JouéClub, King Jouet, La Grande Récré ou PicWicToys, entre les mois de février et de mai. Or, cette année, c'était pendant le confinement et certains distributeurs ont pu se montrer prudents dans leurs volumes de commandes.

Autre problème, 57% des jouets proviendraient d'Asie, selon les chiffres donnés par JouéClub. La pandémie de coronavirus ayant là aussi ralenti les process de production, les jouets arrivent moins vite en magasin qu'habituellement. Enfin, les ventes du marché du jouet sont très bonnes depuis la fin du confinement, ce qui n'avait pas forcément été anticipé au moment des commandes. Cela finit donc de tendre un peu plus les stocks des produits pour les enseignes.

À lire aussi — Action teste un nouveau type de magasin, deux fois plus grand

King Jouet confirme en effet cette bonne tendance des derniers mois : "en cumul annuel, on progresse de 2,5%, un beau résultat auquel on ne s'attendait pas", confirme son directeur général. "Mi-mai, en sortie de confinement, on était à -25%", précise-t-il. Le constat positif est le même pour l'enseigne JouéClub. "On est sur des chiffres de croissance de +35% au mois de mai, +20% en juin et +15% en juillet et août", affirme Franck Mathais. Et pour début octobre, il confirme une progression : "on est déjà sur des rythmes de novembre, ça part très fort".

De là à dire quels seront les jouets les plus impactés par ces ruptures de stock, c'est un peu plus compliqué . "C'est encore trop tôt pour le dire", affirme notamment le porte-parole de JouéClub. Et il prend l'exemple d'un jouet très attendu pour ce Noël, la Barbie Color Reveal de Mattel : introuvable il y a peu, de nombreuses re-livraisons auraient eu lieu en magasin depuis.

Harry Potter, la Reine des Neiges, Barbie, Lego, mais aussi les jeux de société attendus au pied du sapin

Reste que les produits les plus attendus en cette fin d'année ont quand même de grandes chances d'être concernés. Les licences comme Harry Potter, la Reine des Neiges, Pat'Patrouille ou encore Super Mario sont attendues en tête des ventes. Elles représenteraient même 20% du marché du jouet actuellement, selon les données communiquées par King Jouet. Les traditionnels Barbie, Lego et Playmobil sont eux aussi attendus au pied du sapin. Mais d'autres jouets pourraient tirer leur épingle du jeu : les jeux de société et les loisirs créatifs semblent en effet avoir le vent en poupe cette année, les gens passant plus de temps à la maison.

Les enseignes spécialisées ont en tout cas décidé de mettre toutes les chances de leur côté dans cette bataille du jouet. JouéClub, King Jouet, La Grande Récré, PicWicToys, Jouest Sajou et MaxiToys ont en effet décidé de s'associer au sein d'un GIE (Groupement d'intérêt économique) pour proposer 160 jouets en exclusivité au sein de leurs points de vente, selon Le Parisien. Par exemple, le camion de chantier avec benne vendu par Playmobil, le jeu de société "Harry Potter - le tournoi des trois sorciers", ou encore les poupées "Cry babies magic tears". De quoi tenter de se différencier des hypermarchés et d'Amazon notamment, gros vendeurs de jouets au moment de Noël.

À lire aussi — Leclerc, Darty... Ces enseignes qui vendent des produits électroménager d'occasion

Découvrir plus d'articles sur :