Pourquoi Coca-Cola investit pour la première fois dans une startup française

Jarry/ANDBZ

Coca-Cola European Partners (CCEP), l'entité qui produit et distribue les boissons de Coca-Cola en Europe, a pris une participation dans la startup française Kol, à hauteur de 25%. C'est le premier investissement en France de son fonds d'investissement CCEP Ventures. Fondée en 2015, Kol compte 23 salariés basés à Paris. L'application est majoritairement utilisée entre 18 h et 5h du matin par des particuliers qui commandent des boissons — sodas, bières, vins, spiritueux — et qui leur sont livrées en moins de 30 minutes au domicile, à Paris et dans la proche banlieue, par des coursiers indépendants sur le modèle des plateformes de livraisons de repas Uber Eats, Deliveroo ou Frichti.

En prenant cette participation, Coca-Cola ne va pas bouleverser son modèle économique. Elle paie pour voir, comme les grands groupes ont l'habitude de faire dans ce type d'investissement. Les deux entreprises ont déjà collaboré autour de la création d'une plateforme de stockage et d'e-commerce en marque blanche pour tester des nouvelles boissons sur des lieux de vente particuliers. Coca-Cola investit pour comprendre à la fois les habitudes de consommation et les attentes des 18-35 ans, la clientèle de Kol, mais aussi la gestion d'une livraison au dernier kilomètre, la grande force d'Amazon. 

A lire aussi — Des clients américains d'Amazon se plaignent d'avoir reçu des aliments périmés

"Notre vocation n'est pas de livrer directement au consommateur. On passera toujours par des tiers, GMS (grandes et moyennes surfaces, ndlr), épiceries, restaurateurs, etc. Sur le numérique, on le fait déjà avec Amazon, Uber Eats ou Deliveroo. Avec Kol, on va améliorer notre accès au marché. Kol a fait la preuve de sa flexibilité et de sa capacité à stocker et distribuer à température", explique Alexandre Poncet, directeur de la communication et des relations extérieures de Coca-Cola ERP, à Business Insider France. 

La majorité des utilisateurs de Kol sont des particuliers, qui commandent avant 23h, au moment de l'apéritif, et principalement du vin. Viennent ensuite les spiritueux et la bière. La plateforme prend des airs de caviste en ligne, une alternative face aux horaires d'ouverture des habituels magasins et lieux de vente. "Nos clients sont habitués à l'instantanéité. Ils dédient de moins en moins de temps à leurs courses mais ils ne veulent pas renier sur la qualité, quitte à payer un peu plus cher", confient Pierre Nicolet et Baptiste Guez, cofondateurs de Kol avec Martin Gunther.

La startup va ouvrir à Lille et Lyon. Elle prévoit de doubler son chiffre d'affaires en 2020, à 5 millions d'euros.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Plus d'un quart des livreurs de repas admet avoir piqué dans les commandes, selon un sondage

VIDEO: Voici à quoi sert le petit carré en cuir sur votre sac à dos