Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Pourquoi Emmanuel Macron va parler de Huawei avec Xi Jinping

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Pourquoi Emmanuel Macron va parler de Huawei avec Xi Jinping
© REUTERS/Jean-Paul Pelissier/Pool TPX IMAGES OF THE DAY

Le président chinois Xi Jinping a entamé ce dimanche à Nice une visite d'Etat de trois jours en France, sur fond d'inquiétudes grandissantes sur les investissements tous azimuts de Pékin qui poussent Paris, Berlin et Bruxelles à tenter de mettre en place une stratégie commune européenne face à cet allié "stratégique". Et cette première étape française n'est pas anodine puisqu'elle met au centre des discussions entre Emmanuel Macron et Xi Jinping un acteur privé chinois mondial : Huawei.

L'entreprise dit avoir pris la tête en matière de déploiement des réseaux 5G, promettant des débits internet ultra rapides, tant pour les consommateurs que pour les entreprises. Si en France, il n'a pas signé directement avec un opérateur — effectuant des tests avec SFR et Bouygues pour la 5G — le deuxième fabricant mondial de smartphones après le coréen Samsung vient de signer avec Monaco Telecom, détenu par Xavier Niel, un contrat portant sur les objets connectés pour les habitants de la Principauté de Monaco, à quelques encablures de Nice.

Lire aussi : Xavier Niel maintient sa confiance en Huawei via Monaco Telecom. Et il n'est pas le seul en France

Concrètement, Monaco Telecom s’appuiera sur les réseaux NB-IoT — une technologie qui doit assurer la connexion d'objets connectés communiquant peu et n'ayant généralement pas accès à une source d'énergie électrique — et la 5G de Huawei pour déployer des services aux résidents monégasques.

Or, les infrastructures de Huawei sont soupçonnées par les Etats-Unis d'être utilisées par Pékin à des fins d'espionnage. Washington a ainsi fait pression sur l'Europe pour qu'elle exclue Huawei. Mais la Commission européenne n'appellera pas à une interdiction européenne du leader mondial. Elle préfère mettre l'accent sur une approche commune de l'UE en matière de risques pour la sécurité des réseaux 5G.

Emmanuel Macron aura donc l'occasion d'expliquer à son homologue chinois la position des Européens qui ont d'ailleurs adopté vendredi un instrument européen de contrôle des investissements stratégiques et relancé les travaux sur un dispositif de réciprocité dans l'ouverture des marchés publics et engagé une adaptation des règles de concurrence. A cette occasion, le chef de l'Etat français a notamment évoqué la technologie de téléphonie 5G.

"Je dois le dire très clairement, le temps de la naïveté européenne est révolu", a déclaré le président français, qui s'exprimait après l'examen par les dirigeants européens d'un durcissement de la stratégie européenne, passant notamment par la recherche de nouvelles règles sur la réciprocité dans l'accès aux marchés publics et l'analyse des investissements dans des secteurs stratégiques.

Les orientations de l'exécutif de l'UE marquent un durcissement de la position à l'égard des investissements chinois après des années d'ouverture européenne presque sans entraves à la Chine, qui contrôle 70 % de l'approvisionnement mondial en matières premières essentielles à la fabrication de produits de haute technologie.

La Chine est le deuxième partenaire commercial de l'UE, derrière les Etats-Unis, avec des échanges de biens qui dépassent les 1,5 milliard d'euros par jours, rappelle le HuffPost, citant une étude du Parlement européen.

Découvrir plus d'articles sur :