Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Pourquoi envoyer des humains pour explorer l'espace est absolument nécessaire malgré les coûts et risques que ça implique

Pourquoi envoyer des humains pour explorer l'espace est absolument nécessaire malgré les coûts et risques que ça implique
© NASA

Cela fera bientôt 20 ans que la Station spatiale internationale (ISS), en orbite à une altitude d'environ 350-400 kilomètres, est habitée en continu. Les trois premiers résidents — l'Américain Bill Shepherd et les Russes Sergei Krikalev et Yuri Gidzenko qui constituaient l'Expédition 1 — étaient arrivés à bord de l'ISS le 20 novembre 2000 pour une mission de 140 jours. Depuis, les Expéditions se sont succédées comprenant des astronautes américains, russes, européens, japonais etc. Actuellement, c'est l'Expédition 61 qui séjourne à bord de l'ISS, commandé par l'astronaute italien de l'Agence spatiale européenne (ESA) Luca Parmitano.

Sur le site de l'ESA, on peut lire que "le coût de la Station spatiale internationale, y compris les coûts de développement, d'assemblage et de fonctionnement sur 10 ans, s'élève à 100 milliards d'euros" et que la part européenne, estimée à environ 8 milliards d'euros répartis sur l'ensemble du programme, équivaut à un euro dépensé par chaque Européen chaque année. Alors que l'avancée de la technologie permet de construire des rovers de plus en plus performants, équipés d'instruments scientifiques avec une précision augmentée, sera-t-il vraiment utile dans un avenir proche d'envoyer des humains dans l'espace étant donné le coût et les risques que cela implique ?

Interrogé sur le sujet par Business Insider France, en marge de la conférence de rentrée du directeur général de l'ESA le 15 janvier 2020, David Parker, directeur de l'exploration humaine et robotique à l'ESA, a déclaré que les robots et les astronautes étaient complémentaires et qu'ils formaient "un partenariat" : "c'est une fausse dichotomie. C'est comme si l'on disait qu'est-ce qui est le plus important entre la Lune ou Mars ? Les deux sont vraiment importants. C'est comme si vous me demandiez ce que vous aimez le plus, le chocolat ou le vin ? La réponse est : les deux."

A lire aussi — Le robot à la place de l'homme dans l'espace? 'On en est encore loin' selon Thomas Pesquet

L'ancien directeur de l'agence spatiale britannique entre 2012 et 2016 a souligné que "l'homme est infiniment plus adaptable que n'importe quel robot que nous avons aujourd'hui. Le rover lunaire d'Apollo 17 [ndlr : conduit par des astronautes pour la première fois le 31 juillet 1971 dans le cadre de la mission Apollo 15] a fait bien plus de route en cinq six jours sur la Lune que le premier rover de la NASA [ndlr : sans humain à bord] en un an sur Mars. Cela vous donne une idée de la capacité des systèmes humains. Evidemment, les systèmes humains coûtent beaucoup plus cher, mais vous obtenez de meilleurs résultats." A titre de comparaison, le rover Curiosity de la NASA a été conçu pour parcourir seulement 100 mètres environ de la surface martienne par jour martien (un jour martien appelé "sol" dure environ 24 heures et 40 minutes).

Les vols habités sont utiles pour la recherche scientifique

L'astronaute français de l'ESA Thomas Pesquet, qui a effectué une mission de 196 jours sur l'ISS entre novembre 2016 et juin 2017, avait également affirmé à Business Insider France que les astronautes et les rovers étaient complémentaires, qu'il s'agissait simplement "d'une répartition des rôles : pour ce qui est dangereux ou qui ne demande pas forcément d'improvisation, on envoie des rovers. On en a sur Mars actuellement alors qu'on n'est pas capable d'y poser des hommes". Il avait par ailleurs rappelé que "ces rovers sont le produit de l'intelligence humaine et sont contrôlés par des scientifiques au centre de contrôle, donc derrière il y a quand même de l'humain."

A lire aussi — Thomas Pesquet sera bien le prochain astronaute européen à effectuer une seconde mission dans l'espace

Invité de l'émission "Les Grandes Gueules" sur RMC en novembre 2015, Thomas Pesquet avait expliqué que les missions des astronautes sur l'ISS étaient utiles pour "la recherche et la connaissance" : "on n'a pas découvert le vaccin contre le sida, mais on travaille sur le corps en apesanteur, par exemple sur le cerveau et le système nerveux, ce qui permet ensuite d'orienter les traitements sur des gens qui ont des pathologies au sol". Et d'ajouter : "on fait des recherches sur les alliages, sur les matériaux, parce qu'en apesanteur ces matériaux ne se sédimentent pas et on peut les étudier finement".

Mais les vols habités sont aussi nécessaires pour une autre raison, selon le directeur de l'exploration humaine et robotique à l'ESA David Parker : "nous atteindrons une étape importante cette année où les humains vivront et travailleront hors de la Terre en continu pendant vingt ans. Et c'est l'étape qui nous permettra de devenir une espèce multi-planétaire. Cela se produira, absolument."

Découvrir plus d'articles sur :