REUTERS/Erik De Castro

Le secteur du jeu vidéo est en croissance constante depuis plusieurs années. En 2019, le marché mondial atteindra 118,6 milliards de dollars (+6,6%), dont 52,5 milliards de dollars pour le jeu vidéo mobile, selon une étude de Newzoo, citée par l'association française du jeu vidéo (Afjv).

Et cette progression est quasi exclusivement portée par le numérique —  88% des revenus numériques dans les revenus totaux, selon une étude d'Idate Digiworld, de juin 2018.

Cette dématérialisation a paradoxalement fait émerger une menace pour tous les acteurs — celle des GAFA, attirés par les revenus, la donnée captée et la jeunesse des utilisateurs.

Les systèmes d'exploitation iOS d'Apple et Android de Google sont déjà des plateformes indispensables aux éditeurs de jeux sur mobile. Amazon possède le site de diffusion de parties en ligne Twitch auquel aurait décidé de s'attaquer Facebook avec son initiative FB.gg.

Mais la menace représentée par ces géants de la tech n'est pas tant à chercher du côté des parts de marché mais plutôt des usages qu'ils concentrent, estime Frédéric Chesnais, le patron français de l'emblématique marque Atari, qu'il a reprise en 2013.

Jeux vidéo et réseaux sociaux se battent sur un point selon lui: l'attention de l'utilisateur.

"Les gens sont connectés 24 sur 24, 7 jours sur 7, maintenant. Avec les enfants, cela pourrait même être plus, car ils sont multitâches tout le temps. Mais nous convoitons tous la même chose, le temps et l'attention que les utilisateurs peuvent nous accorder", explique Frédric Chesnais dans une interview au site VentureBeat.

Facebook serait encore le réseau social le plus prisé des plus de 18 ans, devant Snapchat et Instagram, au coude-à-coude. Selon le cabinet d'études eMarketer, les utilisateurs y passeront 43 minutes par jour en 2019.

"Quand ils sont sur Facebook, ils ne jouent pas à des jeux. Quand ils sont sur YouTube, ils ne jouent pas à des jeux. Quand ils sont sur Snapchat ou Instagram, ils ne jouent pas à des jeux. Le temps consacré au divertissement est défini de manière très large. C'est pourquoi je dis toujours que Facebook est un concurrent de l'industrie du jeu en général. Cela prend des minutes à nos joueurs. C'est une concurrence beaucoup plus large maintenant", détaille Frédéric Chesnais.

Considérée comme l'une des fondatrices du secteur du jeu vidéo, la marque Atari est passée sous pavillon français en 2003 à travers son rachat par Infogrames. Mais en 2013, Atari croule sous une lourde dette de 30 millions d'euros de dette, pour seulement un million d'euros de chiffre d'affaires. Frédéric Chesnais s'en empare.

Depuis, Atari a redressée la barre: l'entreprise est cotée au Nasdaq, serait rentable et réaliserait environ 18 millions d'euros de chiffre d'affaires avec des activités de licence et de casino en ligne. Une nouvelle console devrait sortir en 2019.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 'Red Dead Redemption 2' est en bonne voie pour engranger 1 Md$ de chiffre d'affaires 3 jours seulement après sa sortie

VIDEO: On a testé pour vous le premier fast-food américain qui ne nécessite aucune interaction humaine