Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Pourquoi Facebook va payer des dizaines de milliers d'utilisateurs pour qu'ils quittent le réseau social

Pourquoi Facebook va payer des dizaines de milliers d'utilisateurs pour qu'ils quittent le réseau social
© Chip Somodevilla / Getty Images

Facebook paiera les utilisateurs de sa principale plateforme et d'Instagram dans le cadre d'une étude menée à l'approche des élections américaines de 2020, a rapporté jeudi la journaliste du Washington Post, Elizabeth Dwoskin. Lundi 31 août, Facebook a annoncé ses intentions concernant cette étude, un partenariat avec 17 chercheurs universitaires externes qui vise à "mieux comprendre l'impact de Facebook et d'Instagram sur les attitudes et comportements politiques majeurs".

"Elle examinera l'impact qu'a la façon dont les gens interagissent avec nos produits, y compris le contenu partagé dans News Feed et à travers Instagram, et le rôle de certaines fonctionnalités comme les systèmes de classement de contenu", a déclaré la société, en demandant à certains utilisateurs de Facebook et Instagram de désactiver leurs comptes ou d'accepter des "changements ciblés" de leurs expériences avant les élections de novembre et jusqu'à décembre.

Elizabeth Dwoskin a pris des captures d'écran des notifications envoyées cette semaine à certains utilisateurs d'Instagram pour leur demander combien ils devraient être indemnisés pour désactiver leur compte, leur donnant le choix entre 10, 15 ou 20 dollars par semaine. Facebook prévoit qu'entre 200 000 et 400 000 personnes participeront à terme.

"Toute personne qui choisit de participer, que ce soit en répondant à des enquêtes ou en désactivant son FB ou son IG pendant un certain temps , sera indemnisée. C'est assez standard pour ce type de recherche universitaire", a déclaré la porte-parole de Facebook, Liz Bourgeois, dans un tweet en réponse à la journaliste.

Facebook ne rémunère pas les chercheurs qui sont à l'origine de l'étude. L'entreprise a déclaré avoir pris un certain nombre de mesures pour s'assurer qu'ils sont en capacité de mener leurs travaux de manière indépendante. Elle a déclaré qu'elle ne restreindrait pas les questions que les chercheurs posent, ni ce qu'ils publient. Facebook a également déclaré qu'il publierait les hypothèses initiales de l'étude une fois que les résultats seraient publics afin que d'autres chercheurs puissent vérifier les erreurs et confirmer que les résultats n'ont pas été cachés.

Cependant, l'entreprise a déclaré que cela pourrait prendre aux chercheurs "plusieurs mois pour analyser correctement toutes les données" et qu'il ne s'attend pas à ce qu'ils publient les résultats avant "la mi-2021 au plus tôt".

Pour les chercheurs, Facebook doit encore montrer patte blanche

Facebook a fait face à des critiques de la part de chercheurs par le passé - y compris certains de ceux impliqués dans l'étude actuelle - pour sa réticence à publier des données.

L'étude sur les élections de 2020 s'appuie sur une initiative que Facebook a lancée en 2018, dans la foulée du scandale de Cambridge Analytica, pour partager davantage d'informations avec les universitaires. Mais l'automne dernier, BuzzFeed News et le New York Times ont tous deux rapporté que les chercheurs impliqués dans le projet étaient de plus en plus frustrés par les retards de Facebook à leur fournir des données et se plaignaient que la société leur fournissait systématiquement moins que ce qu'ils avaient demandé, invoquant des problèmes de confidentialité.

"[Facebook a] certainement lancé de grands spécialistes sur la question ; mais en fin de compte, on attends encore qu'ils fassent leur preuve", a déclaré à l'époque David Lazer à BuzzFeed News. Ce professeur de sciences politiques et informatiques à l'Université de Northeastern travaille actuellement sur l'étude des élections de 2020.

Version originale : Tyler Sonnemaker / Business Insider US.

A lire aussi — Facebook étend son dispositif de lutte contre les fake news à Instagram, sauf pour les contenus des politiques

Découvrir plus d'articles sur :