Pourquoi la lourde amende de Facebook a enrichi Mark Zuckerberg

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg en avril 2018. AP Photo/Andrew Harnik

Facebook est sur le point de se faire imposer une amende de 5 milliards de dollars par la Federal Trade Commission à cause du scandale de Cambridge Analytica, qui a vu les données de plus de 50 millions d'utilisateurs être utilisées sans autorisation. Fait surprenant, la valeur boursière de Facebook a en fait augmenté de 1% vendredi après l'annonce de l'amende historique de la FTC — et Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, détient 88,1 % des actions, ce qui est énorme.

Selon un document financier datant d'avril, Mark Zuckerberg détient 410 497 115 actions Facebook. Au prix de 202,31 dollars avant l'annonce, vers 15h45, heure de New York, ses actions valaient 83 milliards de dollars. Au prix de 204,87 dollars vers 16 h, elles valaient 84,1 milliards de dollars. Cela signifie que la valeur de ses actions a augmenté de plus d'un milliard de dollars en seulement 30 minutes. En tant qu'actionnaire principal de Facebook, Mark Zuckerberg peut récolter d'énormes bénéfices avec une simple hausse de cours de 1%.

L'amende de 5 milliards de dollars de la FTC est destinée à punir Facebook pour avoir mal géré les données des utilisateurs. Elle n'est certainement pas faite pour accroître la richesse du principal actionnaire de Facebook. L'entreprise n'a pas pu être contactée immédiatement pour obtenir une réaction.

Le montant de l'amende est un record pour la FTC — une mesure apparemment destinée à créer un précédent pour le type de sanction que les géants de la tech pourraient recevoir pour avoir mal géré les données de leurs utilisateurs. Mais beaucoup l'ont décrit comme une tape sur les doigts pour Mark Zuckerberg et son entreprise.

Mais pourquoi Facebook reçoit-il une amende aussi lourde en premier lieu ? Comme l'a écrit Rob Price de Business Insider la semaine dernière : "depuis l'année dernière, la FTC enquête sur les divers manques de Facebook en matière de protection de la vie privée. L'agence a commencé par une enquête visant à déterminer si le détournement par Cambridge Analytica de 87 millions de données d'utilisateurs constituait une violation du décret de consentement de 2012 de l'entreprise avec cette dernière. Par la suite, il a élargi l'enquête pour y inclure la myriade d'autres scandales récents du géant tech californien."

Vendredi, on a appris que le résultat de cette enquête serait une amende de 5 milliards de dollars et une surveillance supplémentaire des pratiques commerciales de Facebook. Peu de temps après, la valeur de l'action de l'entreprise a grimpé.

Cela peut sembler contre-intuitif, mais la logique est simple : comme Facebook s'attendait à une amende et planifiait ses finances annuelles en fonction de cette attente, les investisseurs ont réagi positivement à la mise en œuvre de ce plan — et l'amende n'étant pas plus élevée.

Version originale : Ben Gilbert/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Taxe GAFA : pourquoi Amazon et les géants du net ne la paieront sans doute jamais

VIDEO: Les paresseux existent depuis 64 millions d'années — voici comment ils utilisent leur lenteur à leur avantage