La cathédrale Notre-Dame de Paris a été, en partie, dévastée par un incendie lundi 15 avril 2019 dont les images ont largement été diffusées partout dans le monde. Les pompiers ont travaillé toute la nuit de lundi, et ce matin, ils étaient toujours en train d'arroser l'échafaudage, rapporte l'agence de presse Reuters. Dans la matinale de France Inter, le ministre de la culture Franck Riester a déclaré que "la structure principale est sauvée mais il reste beaucoup d'instabilité. La situation est encore précaire. Cette nuit, les deux tiers de la toiture sont partis en fumée, la flèche s'est effondrée à l'intérieur, créant un trou dans la voûte. Cette nuit, la croisée du transept s'est effondrée, ainsi qu'une grande partie du transept nord." Le transept est la partie qui croise l'allée centrale de la cathédrale.

Le ministre a ajouté que "les équipes de sapeurs-pompiers et des architectes qui sont sur place sont inquiets car au-dessus de la voûte, il y a du bois carbonisé gorgé d'eau. Tout cela est très fragile et c'est tellement construit avec beaucoup de finesse que dès qu'il y a une partie qui s'effondre, ça risque de perturber l'intégralité de la construction." La structure générale "tient bon" mais des "vulnérabilités" ont été identifiées au niveau de la voûte de la cathédrale, a déclaré le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nunez. Interrogé par Business Insider France, Philippe Charlier, directeur du département de la recherche et de l'enseignement au musée du Quai Branly-Jacques Chirac, a expliqué pourquoi "la situation est encore précaire" comme l'a affirmé le ministre de la Culture ce matin : 

Pourquoi la structure de la cathédrale Notre-Dame reste très fragile

Les pompiers toujours sur place à la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 16 avril 2019. REUTERS/Yves Herman

"Le bois, qui avait séché pendant près de 800 ans et qui était donc relativement 'léger', est complètement gorgée d'eau", étant donné que les pompiers ont utilisé des lances d'eau toute la nuit. La bonne nouvelle est que le bois "est tellement gorgé d'eau qu'il ne peut pas prendre feu".

"Les plafonds, les mortaises, les tenons [ndlr : le tenon est une pièce de bois qu'on encastre dans une mortaise (pièce de bois avec un trou pour accueillir le tenon)], les grosses poutres ou encore le petit bois qui soutient la charpente en cuivre, tout cela est complètement gorgée d'eau, mais les murs ne sont pas faits pour supporter un poids aussi important. Il se peut que les murs se lézardent et que la structure complète s'effondre à cause du bois qui est donc devenu beaucoup trop lourd pour la maçonnerie telle qu'elle a été construire à l'origine" sur du bois sec et non humide, explique Philippe Charlier.

Le poids du bois humide peut quasiment doubler de poids par rapport au bois sec. Et le bois de certaines structures de Notre-Dame "boit l'eau comme une éponge" sachant qu'il est sec depuis près de 800 ans, rappelle le spécialiste.

L'origine de l'incendie, qui s'est déclarée sur la toiture de Notre-Dame de Paris, alors que des travaux de rénovation avaient été engagés, est toujours inconnue, a affirmé le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nunez. Selon une source policière citée par Le Parisien, la police étudie l'hypothèse d'un foyer provoqué par un travail de soudure sur la charpente en bois.

Joyau de l'architecture gothique, la cathédrale Notre-Dame de Paris est le monument le plus visité de France, avec plus de 12 millions de visiteurs chaque année. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le corps humain est déjà en train de devenir celui d’un homme augmenté, observe un médecin légiste qui travaille sur des dépouilles centenaires