Pourquoi l'appli FaceApp pourrait discrètement aspirer vos données personnelles

FaceApp propose filtre vieillissant de manière hyper réaliste pour vieillir des photos. Mais l'app russe est moins claire sur la manière d'utiliser les images des utilisateurs.

FaceApp est l'application gratuite la plus populaire sur Google Play et sur l'App Store grâce à son filtre vieillissant de manière hyper réaliste ses utilisateurs. Mais alors que d'innombrables photos vieillies de célébrités et d'utilisateurs de FaceApp ont été partagées en ligne au cours de la semaine dernière, la façon dont FaceApp traite les données des utilisateurs suscite de plus en plus d'inquiétudes. FaceApp est devenu populaire pour la première fois en 2017 : l'application utilise l'intelligence artificielle pour modifier le visage de ses utilisateurs grâce à une variété de filtres. Les photos ajoutées à FaceApp sont téléchargées sur un serveur pour être traitées avant d'être renvoyées à l'utilisateur.

Les conditions d'utilisation de FaceApp autorisent la société à utiliser les photos et autres informations téléchargées par les utilisateurs à des fins commerciales, y compris leurs noms, leurs portraits et leurs voix. Les conditions de service stipulent également que FaceApp peut continuer à stocker les données des utilisateurs après leur suppression de l'application. La société a déclaré que les données pouvaient être conservées pour se conformer à "certaines obligations légales", mais qu'il n'y avait aucune limite quant à la durée de conservation des données.

Comprendre la politique de FaceApp sur le papier

De plus, la politique de confidentialité de FaceApp stipule que toutes les informations collectées par l'application peuvent être stockées et transférées dans n'importe quel pays où FaceApp et ses affiliés opèrent. Cela signifie que les photos des utilisateurs et les données de l'application peuvent être stockées en Russie, le pays où l'équipe de développement de l'application est basée. TechCrunch a rapporté que FaceApp utilise des serveurs appartenant à Google et Amazon aux États-Unis. FaceApp n'a pas répondu immédiatement à notre demande de commentaires.

A lire aussi — Les données personnelles de millions d'influenceurs Instagram étaient dans une base non sécurisée

FaceApp a fourni à TechCrunch un relevé détaillé afin de clarifier sa politique de confidentialité. Bien que les conditions de service suggèrent que les données peuvent encore être transférées à l'équipe de développement russe, l'entreprise avertit que les données d'utilisateurs restent du côté serveur. FaceApp indique que les photos stockées sur le serveur sont conservées pour rendre le processus d'édition plus efficace pour ses utilisateurs et les photos sont généralement supprimées dans les deux jours.

La société a également déclaré qu'elle acceptait les demandes des utilisateurs de supprimer toutes les données personnelles de leurs serveurs. Cependant, FaceApp a indiqué que l'équipe d'assistance était débordée par ces demandes. FaceApp souligne également que 99% des utilisateurs choisissent de ne pas se connecter, donc ils n'ont pas beaucoup d'informations d'identification.

Les entreprises tech russes font face à un scepticisme accru

L'année dernière, l'équipe de l'ancien procureur spécial Robert Mueller a inculpé plus d'une douzaine de citoyens russes pour des crimes liés à une vaste campagne dans les médias sociaux visant à influencer l'élection présidentielle de 2016. L'Agence de recherche sur Internet de Saint-Pétersbourg, basée en Russie, a utilisé de fausses identités sur Facebook, Twitter et d'autres plateformes de réseaux sociaux pour diffuser de fausses informations et de la propagande.

Bien que les actions de certains en Russie ne doivent pas condamner toutes les entreprises russes, certains utilisateurs et critiques de FaceApp craignent que leurs noms et photos téléchargés sur FaceApp ne soient utilisés à mauvais escient ou ne soient divulgués à la mauvaise entreprise. La déclaration de FaceApp indique qu'elle ne vendrait pas de données à des sociétés tierces et que les données n'étaient pas transférées à la Russie.

La version iOS de FaceApp soulève d'autres problèmes de sécurité en raison de la façon dont les iPhones gèrent la sécurité photo. Alors que les utilisateurs peuvent empêcher FaceApp et d'autres applications d'afficher l'intégralité de leurs photothèques via les paramètres de l'iPhone, TechCrunch a signalé une faille dans iOS 11 qui autorise les applications à accéder à une photo à la fois si l'utilisateur donne son autorisation.
Jusqu'à présent, les experts en sécurité n'ont détecté aucune pratique inhabituelle dans la version actuelle de FaceApp, mais comme avec toutes les applications, les utilisateurs doivent être conscients de leur manque de contrôle lors du partage de photos et autres données personnelles.

Version originale : Business Insider / Kevin Webb

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : British Airways risque une amende record après un vol de données personnelles

VIDEO: Ce mini yacht coûte plus de 113.000€ et ressemble à vaisseau spatial