Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Pourquoi le lama Winter pourrait aider à éradiquer le coronavirus

Pourquoi le lama Winter pourrait aider à éradiquer le coronavirus
Photo non datée du lama nommé Winter, publiée par le Centre VIB-UGent pour la biotechnologie médicale à Gand, en Belgique, le 5 mai 2020. © VIB-UGent Center for Medical Biotechnology/Handout via Reuters

Un lama de quatre ans nommé Winter pourrait détenir la clé pour trouver un moyen d'éradiquer le coronavirus, qui cause la maladie respiratoire Covid-19, selon des scientifiques américains et belges qui étudient les anticorps des lamas. Ils ont publié mardi 5 mai leurs conclusions dans la revue scientifique Cell, qui a révélé que Winter et 130 autres lamas de la ferme de recherche produisent un type spécial d'anticorps de camélidé qui pourrait constituer un moyen de neutraliser le virus, connu sous le nom de SRAS-CoV-2.

Parmi les chercheurs figurent ceux du centre belge VIB-UGent pour la biotechnologie médicale ainsi que ceux de l'université du Texas à Austin. Les recherches remontent à 2016 ; les chercheurs étudient la réponse des anticorps des camélidés au virus du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) de 2003 — qui est un cousin du coronavirus qui cause le Covid-19 — ainsi qu'au virus MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient) de 2012.

Ils ont découvert que Winter était immunisé contre les virus, car les lamas peuvent produire des anticorps légèrement différents de ceux que les humains peuvent produire, ce qui lui permet de s'attaquer aux pics d'un coronavirus.

'Encore beaucoup de travail' avant de pouvoir réellement utiliser les anticorps de lama

Daniel Wrapp, un autre chercheur de l'étude, a déclaré au Washington Post qu'ils étaient en train de terminer l'étude SARS/MERS lorsque l'épidémie de coronavirus a commencé. En reliant deux copies d'anticorps qui pourraient entraver le virus du SRAS, ils ont pu trouver un nouvel anticorps qui se lierait au nouveau coronavirus et le neutraliserait.

"Ce travail était un projet parallèle en 2016. Nous avons pensé que c'était peut-être intéressant", a déclaré à Reuters Xavier Saelens, co-auteur de l'étude du côté belge de la collaboration. "Puis le nouveau virus est arrivé et il est devenu potentiellement plus crucial, plus important."

Alors que la course pour trouver un traitement contre le coronavirus se poursuit et que la distribution de vaccins potentiels est prévue dans au moins un an, la recherche d'anticorps est devenue un point d'intérêt pour contrecarrer les effets du virus lui-même.

Les recherches issues des études sur les lamas en sont toutefois encore à un stade préliminaire. Les scientifiques mènent encore des essais précliniques sur les hamsters, rapporte le Washington Post. Des études supplémentaires sont également nécessaires pour déterminer s'il est sûr d'injecter des anticorps de lama à l'homme.

"Il reste encore beaucoup de travail à faire pour essayer d'amener cela dans la pratique", a déclaré Xavier Saelens au New York Times. "Si cela fonctionne, le lama Winter mérite une statue."

Version originale : Lauren Frias/Business Insider

A lire aussi — Airbus développe des 'nez électroniques' qui pourraient détecter les bombes mais aussi le coronavirus

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :