Pourquoi le ministère américain du Logement poursuit Facebook pour discrimination

Pourquoi le ministère américain du Logement poursuit Facebook pour discrimination

REUTERS/Dado Ruvic/Illustration/File Photo

Les ennuis continuent pour Mark Zuckerberg. Le ministre américain du Logement et de l'Urbanisme (HUD) a annoncé jeudi poursuivre Facebook en justice pour pratiques discriminatoires. Mais de quoi s'agit-il exactement ? Le problème concerne la plateforme de publicité du réseau social. En effet, celle-ci permettait aux annonceurs de choisir très précisément les internautes qui allaient voir la publicité dans leur fil. Pour cela, plusieurs critères de ciblage étaient proposés comme la couleur de peau, le sexe, l'origine, la religion, le handicap ou encore le statut familial. Autant de critères qui permettaient aux annonceurs, notamment dans le secteur immobilier, d'inclure ou d'exclure certaines catégories d'internautes.

Très concrètement, une agence immobilière pouvait par exemple diffuser une publicité auprès des femmes en couple mais exclure celles qui étaient d'origine hispanique. Le ministère du Logement a affirmé dans un communiqué que ces options de ciblage violaient la loi américaine "en encourageant, en facilitant et en causant des discriminations en matière de logement à travers la plate-forme de publicité de l'entreprise". "Facebook discrimine les gens en fonction de qui ils sont et de l'endroit où ils vivent", a aussi déclaré Ben Carson, le ministre du Logement. "Utiliser un ordinateur pour limiter les choix de logement d'une personne peut être aussi discriminatoire que de claquer la porte au nez de quelqu'un".

Le HUD estime que le réseau social a permis aux entreprises du secteur "d'exclure des gens classés comme parents, pas nés aux Etats-Unis, pas chrétiens, qui s'intéressent aux accès pour les handicapés, qui ont une culture hispanique ou encore une vaste palette d'autres intérêts". Il souligne qu'il était également possible de discriminer les internautes en fonction du quartier dans lequel ils vivaient.

Découvrez notre étude - La fin des applications : comment Apple, Facebook et Google se préparent à l'évolution des expériences mobiles — et ce que cela signifie pour les marques et les éditeurs de contenu

Facebook "surpris" par la plainte du ministère du Logement américain

Le ministère américain du Logement a décidé de porter plainte après une enquête commencée en août 2018. L'affaire avait d'ailleurs déjà été dénoncée par le site ProPublica en 2016. Le juge pourra décider d'infliger une amende à Facebook, de lui faire payer un dédommagement et éventuellement de le contraindre à changer ses pratiques. Néanmoins, un porte-parole de Facebook a assuré à The Verge que le géant californien avait "supprimé des milliers d'options de ciblage qui pouvaient être utilisées à mauvais escient" l'année dernière. Une partie a effectivement été supprimée en août dernier.

"Nous somme surpris par la décision du HUD", a ajouté le porte-parole du réseau social. "Nous avons travaillé avec eux pour répondre à leurs inquiétudes et nous avons pris des mesures significatives pour empêcher la discrimination publicitaire". Facebook souligne aussi avoir conclu des accords la semaine dernière avec plusieurs associations qui lui faisaient les même reproches que le ministère du Logement. Le réseau social de Mark Zuckerberg s'est à cette occasion engagé à améliorer son système pour empêcher les pratiques discriminatoires. Selon Facebook, les discussions avec le HUD n'auraient pas abouti à cause de désaccords sur l'accès aux données des utilisateurs.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Facebook est aussi néfaste pour la démocratie que fumer l'est pour la santé, estiment des experts tech qui suggèrent de démanteler le réseau social

VIDEO: Voici à quoi servent ces petits trous sur les écouteurs Apple

Laisser un commentaire