Pourquoi le Québec recale des milliers de candidats à l’immigration, dont de très nombreux Français

 

Le Québec réforme sa politique d'immigration, et cela a des conséquences immédiates pour les candidats à l'installation dans la province canadienne. Comme le rapporte Le Figaro ce lundi 18 février, ce sont 18 100 dossiers — dont de nombreux français — qui ont été annulés par le ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion. Pour ceux qui souhaitent toujours s'installer dans la province, il faudra faire une nouvelle demande, selon les règles en vigueur après l'application de la nouvelle loi. Pour les concernés, ce sont des mois de procédures et des milliers d'euros dépensés qui partent à la poubelle.

Un cadre de la région niçoise, Frédéric Richand, interrogé par Le Figaro, raconte comment il attendait depuis "plus de 30 mois" son certificat pour partir vivre au Québec avec sa femme et ses trois enfants. Ils vont devoir repasser des tests de langue et valider des certifications. Des procédures qui pourraient coûter 3200 euros selon son estimation. Le projet du gouvernement de droite, arrivé au pouvoir en octobre 2018, est d'accorder les visas de travail en fonction des besoins de main d'oeuvre, mais aussi d'imposer aux immigrés de s'installer dans certaines régions, alors que 80% d'entre eux choisissent les grandes villes Montréal et Québec.

"C'est un projet de loi très inhumain", déplore l'ex-ministre libérale Dominique Anglade dans Le Figaro. D'autant plus que le gouvernement veut donner la priorité aux candidats qui maitrisent le français. Pour les personnes qui souhaitent émigrer depuis un pays non-francophone, c'est l'incompréhension. RFI relate ainsi le cas d'un couple colombien, qui a engagé les démarches d'émigration au Québec il y a trois ans, et qui a lancé une pétition pour dénoncer cette méthode.

3 700 dossiers, sur les 18 100, concernent des personnes déjà installées au Québec. Le gouvernement devrait traiter leur cas de façon accélérée, du moins pour ceux qui parlent français et qui occupent un emploi depuis au moins un an, selon RFI. 

Le ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barette, justifie que cette réforme vise à accepter uniquement des profils immédiatement employables, pour qu'il n'y ait "plus de rêves brisés".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les DRH disent stop aux fautes d’orthographe dans les candidatures. Voici les plus courantes.

Contenu Sponsorisé

La grande distribution connaît une importante mutation, E.Leclerc souhaite encourager les projets qui y répondent

  1. Caroline Centomo

    Dominique Anglade qui n'a rien fait pour traiter ces 18,000 dossiers est bien mal placée pour semer la zizanie; faut croire qu'elle ne sait rien faire d'autre!

  2. Jan Maertens

    Pourquoi vouloir à tout prix s'installer au Québec ? allez donc dans le ROC (Rest of Canada) qui a bien des atouts...Vancouver, Toronto, etc. Mais c'est vrai qu'il faut (vraiment, pas comme un Français..hein) MAÎTRISER l'anglais....

  3. Un abruti

    Encore des gouvernements de droite 🙁 comment ça se fait que tout le monde soit d'accord et que pourtant yen ait encore ?
    Il va falloir ressortir la méthode Staline maintenant, TOUS les gens de droite, hommes, femmes, enfants, TOUS dans les camps !
    Vive la gauche !

Laisser un commentaire