Publicité

Pourquoi le variant Delta pourrait davantage toucher les enfants

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Pourquoi le variant Delta pourrait davantage toucher les enfants
Les enfants seraient plus vulnérables au variant Delta. © John Moore/Getty Images
Publicité

Le meilleur moyen de se protéger du variant Delta ? Se faire vacciner. Mais ce n'est pas une option pour les quelque 48 millions d'enfants de moins de 12 ans aux États-Unis. Pour l'instant, les enfants courent donc un risque élevé de contracter ce nouveau variant du Covid-19. Erlinda Ulloa, spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques à l'université de Californie à Irvine, a déclaré à Insider : "Si nous observons des épidémies dans certaines parties du pays, en particulier chez les enfants, c'est parce que, pour le moment, ce sont les hôtes les plus vulnérables, car ils ne sont pas vaccinés."

Le variant Delta du coronavirus est le plus transmissible à ce jour. Une analyse de Public Health England a révélé qu'elle était associée à un risque accru de 60% de transmission à domicile par rapport au variant Alpha, qui a été découvert au Royaume-Uni. Selon les centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC— Center for Disease Control and Prevention), le variant Alpha est déjà environ 50% plus transmissible que la souche originale.

À lire aussi — Le variant Delta est-il vraiment la pire version que le coronavirus puisse présenter ?

Cela signifie que ce variant peut aussi se propager plus facilement chez les enfants. En effet, plusieurs pays ont récemment enregistré une proportion plus élevée de cas de coronavirus chez les enfants. En Israël, la moitié des 125 nouvelles infections signalées lundi 21 juin concernaient des enfants, selon le ministère de la santé du pays. Le ministère a ajouté qu'environ 70% des nouvelles infections signalées lundi étaient dues au variant Delta.

Des chercheurs écossais ont également constaté que les cas Delta étaient surtout présents dans les groupes d'âge les plus jeunes. Au Royaume-Uni, une étude encore en attente d'examen par les pairs a révélé que les infections à coronavirus étaient désormais cinq fois plus fréquentes chez les enfants âgés de 5 à 12 ans et les jeunes adultes de 18 à 24 ans que chez les personnes âgées de plus de 65 ans. (Le variant Delta représente désormais jusqu'à 99% des cas de coronavirus au Royaume-Uni, selon Public Health England). Selon cette étude, la plupart des jeunes adultes qui ont récemment été infectés n'étaient pas vaccinés.

Aux États-Unis, les enfants représentaient près de 25% des nouveaux cas hebdomadaires pour la semaine se terminant le 17 juin, alors qu'ils constituent environ 22% de la population. C'est plus que la part globale depuis le début de la pandémie : 14%. Les cas Delta aux États-Unis semblent avoir triplé en 11 jours seulement, passant de 10% de tous les cas de coronavirus séquencés au début du mois à 31% de tous les cas la semaine dernière, selon une estimation du Financial Times. À ce rythme, les experts prévoient que le variant Delta deviendra la souche dominante du pays d'ici quelques semaines.

"Avec ces nouvelles variantes plus contagieuses, je pense que nous allons voir que les enfants et les écoles vont devenir un point central de propagation", a déclaré Scott Gottlieb, ancien commissaire de la Food and Drug Administration, à CNBC lundi.

Les enfants pourraient transmettre le virus à des adultes non vaccinés

Une grand-mère retrouve sa petite fille à Los Angeles. Allen J. Schaben/Los Angeles Times/Getty Images

Les spécialistes de la maladie affirment que les enfants ne semblent pas développer des cas plus graves de Covid-19 en raison du variant Delta — et ne semblent pas être biologiquement plus susceptibles de contracter le variant que les adultes. "La transmissibilité du virus pourrait être accrue, mais elle l'est pour tout le monde, pas seulement pour les enfants", a exposé Erlinda Ulloa.

Les chercheurs écossais ont constaté que le fait d'être infecté par le variant Delta doublait le risque global d'admission à l'hôpital par rapport au variant Alpha. (Des études antérieures ont suggéré que le variant Alpha pourrait être de 30 à 70% plus mortel que la souche originale). Mais même si l'on doublait le risque d'hospitalisation d'un enfant à la suite d'une infection par le variant Delta, ce risque resterait "minuscule", selon Eyal Leshem, spécialiste des maladies infectieuses au Sheba Medical Center d'Israël.

Cela s'explique par le fait que les cas graves de Covid-19 sont extrêmement rares chez les enfants : aux États-Unis, les enfants ne représentent que 1,4 à 3,3% de toutes les hospitalisations dues au Covid-19 et moins de 0,23% de tous les décès dus au Covid-19. Mais la transmissibilité du variant signifie que les enfants qui sont infectés par Delta peuvent facilement le transmettre à des adultes non vaccinés, ou peut-être à des personnes dont la réponse immunitaire aux vaccins est moins robuste, comme les personnes âgées ou les personnes immunodéprimées.

Dans de rares cas, certains enfants peuvent tomber gravement malades

Une infirmière ausculte un enfant au Brésil. Pedro Vilela/Getty Images

Pfizer et Moderna prévoient de publier à l'automne des données d'essai sur la sécurité et l'efficacité de leurs vaccins chez les jeunes enfants, puis de demander l'autorisation de la FDA. D'ici là, les spécialistes des maladies continuent de recommander le port de masques pour les enfants non vaccinés.

Dans de très rares circonstances, certains enfants peuvent tomber gravement malades à cause du variant Delta. Erlinda Ulloa a révélé avoir vu quelques patients pédiatriques qui ont été hospitalisés après avoir contracté le virus auprès d'un membre de leur famille non vacciné. "Nous avons eu quelques cas ici et là, c'est un schéma qui ses répète : en gros, beaucoup de membres de la famille sont vaccinés, mais ils sont ensuite exposés à une personne infectée non vaccinée", a-t-elle expliqué.

Scott Gottlieb a déclaré à CNBC que toute augmentation des hospitalisations pédiatriques pourrait être attribuable à la transmissibilité du virus. "C'est juste une question de mathématique : si plus d'enfants sont infectés, même si le taux de mauvais résultats chez les enfants est très faible, plus d'enfants auront de mauvais résultats ", a-t-il détaillé.

Erlinda Ulloa a quant à elle indiqué qu'elle avait également vu quelques enfants souffrir d'une toux persistante ou d'une fatigue similaire à celle des adultes atteints de la maladie de longue durée — des patients dont les symptômes durent au moins trois semaines mais peuvent s'étendre sur des mois. "Je me demande si ces différents variants sont plus ou moins susceptibles de provoquer ces syndromes de longue distance chez les enfants", s'est interrogée Erlinda Ulloa. "C'est une autre question que nous allons étudier."

Version originale : Aria Bendix/Insider

À lire aussi — L'efficacité du vaccin Pfizer chez les enfants de 2 à 11 ans sera déterminée d'ici septembre

Découvrir plus d'articles sur :