Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Pourquoi l'essor de SpaceX pourrait augmenter les risques de collisions spatiales

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Pourquoi l'essor de SpaceX pourrait augmenter les risques de collisions spatiales
Le patron de SpaceX, Elon Musk. © Joe Raedle/Getty Images

SpaceX déploie rapidement son réseau internet Starlink dans le monde entier, avec des lancements de fusées tous les mois. En augmentant rapidement le nombre de satellites en orbite, les experts de l'industrie spatiale estiment que la société d'Elon Musk augmente le risque de collisions entre les objets spatiaux, générant ainsi une abondance de débris.

Starlink de SpaceX a mis en orbite environ 1 300 satellites et prévoit une mégaconstellation pouvant compter jusqu'à 42 000 engins spatiaux à la mi-2027. En octobre, Starlink a lancé son test bêta Better Than Nothing dans le nord des États-Unis pour 99 dollars par mois (84 euros environ), plus 499 dollars (424 euros environ) pour le kit. Il est désormais présent dans plus de six pays et compte plus de 10 000 utilisateurs dans le monde.

À lire aussi — Starlink autorisé en France, ce qu'il faut savoir sur l'internet de l'espace de SpaceX

Starlink a déjà déclaré que ses satellites pouvaient éviter les collisions grâce à un moteur ionique, qui leur permet d'éviter d'autres objets en orbite. Mais si les communications ou les opérations des satellites échouent en orbite, ils deviennent des dangers pour le trafic spatial. Dans la partie inférieure de l'orbite terrestre basse (OTB), les satellites Starlink "dominent complètement la population des objets spatiaux", a déclaré mardi à Insider Jonathan McDowell, astronome au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics.

Selon lui, il y a environ 300 autres satellites dans l'OTB inférieur, y compris la station spatiale internationale (ISS), par rapport aux 1 300 satellites Starlink. "Il y a un point où ils sont si nombreux à manœuvrer tout le temps que c'est un danger pour le trafic" dans l'espace, déclare Jonathan McDowell, ajoutant que ce danger peut entraîner une collision massive, créant des déchets.

Chaque satellite voyage à 18 000 miles (près de 30 000 km) par heure et tous vont dans des directions différentes, selon Jonathan McDowell. S'ils se percutent, des ondes de choc hypersoniques traversent les satellites et les réduisent en milliers d'éclats qui forment ensuite une coquille autour de la Terre, a-t-il expliqué. Cela devient une menace pour les autres utilisateurs de l'espace et une obstruction pour les astronomes qui observent le ciel.

En novembre, Jonathan McDowell a calculé que 2,5% des satellites Starlink pourraient avoir échoué en orbite. Cela peut sembler peu à première vue. Mais si ce problème persiste, l'ensemble de la constellation prévue par SpaceX pourrait produire plus de 1 000 satellites morts.

10 000 satellites doivent être lancés au cours de la prochaine décennie

John Auburn, directeur général d'Astroscale UK, une entreprise d'élimination des débris orbitaux dont le siège est à Tokyo, a déclaré lors d'un point de presse le 17 mars que plus de 10 000 satellites devraient être lancés au cours des dix prochaines années.

Jonathan McDowell a déclaré que les sociétés de satellites pourraient avoir de "mauvaises surprises" si elles mettaient en orbite une telle quantité de satellites. Celui-ci a affirmé que les entreprises devraient arrêter de lancer des satellites lorsque le nombre de satellites atteindra 1 000 et les surveiller pendant un certain temps pour voir si des problèmes apparaissent, comme des défauts de conception. Il pourrait y avoir une "catastrophe totale" à l'horizon, indique Jonathan McDowell.

Mais il n'y a pas que des mauvaises nouvelles. Daniel Oltrogge, directeur du Centre pour les normes spatiales et l'innovation, a déclaré à Insider que le fait que les satellites Starlink se trouvent dans la partie inférieure de l'orbite terrestre basse était bénéfique car ils pouvaient être retirés plus rapidement en cas de défaillance.

Selon Daniel Oltrogge, le problème des déchets spatiaux n'est pas un procès d'intention. Tous les utilisateurs de l'espace, y compris les gouvernements et les entreprises commerciales et civiles, ont contribué à la situation actuelle des débris spatiaux, a-t-il déclaré.

Il y a de nombreux problèmes à résoudre, ajoute Daniel Oltrogge, notamment le respect par les opérateurs de satellites des directives qui contribuent à minimiser les risques de collision, l'amélioration de la connaissance de la situation spatiale et de la conception des engins spatiaux, et l'échange de davantage de données entre les sociétés de satellites.

Mais si nous n'abordons pas la crise des déchets spatiaux au niveau mondial, plutôt qu'au niveau des opérateurs, "nous risquons de ne pas voir comment l'environnement se dégrade", selon Daniel Oltrogge. "Ce n''est pas encore catastrophique", a-t-il déclaré. "Mais c'est une situation sérieuse qui justifie un examen minutieux".

À lire aussi — Une mission de démonstration pour 'nettoyer' les débris spatiaux a été lancée

Pourquoi SpaceX est l'un des meilleurs lanceurs de satellites

Par rapport aux autres entreprises privées de satellites commerciaux, SpaceX arrive en tête. Depuis mai 2019, il y a eu 23 lancements de Starlink via la fusée Falcon 9 de SpaceX, un chiffre stupéfiant. Jonathan McDowell pense que le développement de l'entreprise peut être due à son patron. "Elon (Musk, ndlt) n'a pas à répondre à beaucoup de gens, il peut prendre des décisions de manière efficace, il n'a pas à divertir autour de lui et à obtenir des autorisations", avance-t-il.

En plus de cela, il dispose de ses propres fusées pour lancer les satellites en orbite, a expliqué Jonathan McDowell. Cela lui permet de gagner du temps et de l'argent, car il n'a pas à négocier un autre contrat de lancement. Le fait que les fusées soient réutilisables — le dernier booster Falcon 9 de la mission de mercredi a été utilisé six fois — rend également le lancement de satellites bon marché pour SpaceX.

"C'est un avantage que les autres entreprises n'ont pas", a déclaré Jonathan McDowell.

Version originale : Kate Duffy/Insider

À lire aussi — Voici les 5 projets qui permettraient d'attraper les millions de débris spatiaux en orbite autour de la Terre

Découvrir plus d'articles sur :