Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Pourquoi l'Europe ne compte pas concevoir son propre vaisseau pour envoyer ses astronautes dans l'espace

Pourquoi l'Europe ne compte pas concevoir son propre vaisseau pour envoyer ses astronautes dans l'espace
© Corvaja

A l'occasion de sa conférence de rentrée, le directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA), Jan Wörner a confirmé mercredi 15 janvier 2020 que l'ESA n'avait pas l'intention de développer un véhicule propre pour le transport de ses astronautes depuis et vers la Station spatiale internationale (ISS), contrairement à la NASA. Depuis l'arrêt du programme des navettes américaines en juillet 2011, les seuls véhicules permettant les vols d'astronautes sont les capsules russes Soyouz. Pour mettre fin à cette dépendance (qui coûte 85 millions de dollars la place) et pouvoir envoyer ses astronautes à bord d'un vaisseau américain depuis le sol américain, la NASA a demandé à SpaceX et Boeing de concevoir les futurs vaisseaux qui assureront la liaison entre la Terre et l'ISS.

Comme l'a rappelé David Parker, directeur de l'exploration humaine et robotique de l'ESA lors de la conférence, "les vols des astronautes européens vers l'ISS, ainsi que ceux des canadiens et japonais, sont assurés à travers la coopération avec la NASA". L'ESA n'achète pas directement des places sur les Soyouz auprès de l'agence spatiale russe Roscosmos. "C'est la NASA qui s'occupe des négociations avec Roscosmos pour l'utilisation des Soyouz", a-t-il précisé. Dans le détail, l'ESA fournit un module de service pour l'ISS pour payer la part européenne des coûts d'exploitation de la station spatiale — parmi ces coûts, on retrouve ceux liés aux vols d'astronautes. C'est via ce troc que l'Europe envoie ses astronautes dans l'espace.

A lire aussi — Pourquoi il est si important de chercher la vie sur d'autres planètes que la Terre

Le directeur général de l'ESA a ainsi souligné : "Nous n'utilisons pas le Soyouz, la NASA utilise le Soyouz et nous sommes heureux que nos astronautes puissent aussi voler à bord du Soyouz depuis Baïkonour (Kazakhstan). [...] Jusqu'à présent, nos astronautes ont toujours volé sur des sièges achetés par la NASA dans les capsules Soyouz."

Des effets positifs au niveau des interactions géopolitiques

Interpellé sur le fait que l'Europe ne possède pas la capacité, seule, d'envoyer des astronautes dans l'espace et ce que cela augurait pour l'avenir, le directeur général de l'ESA a répondu : "Vous posez cette question au directeur général de l'ESA ou à Jan Wörner, car la réponse ne serait pas la même. Le directeur général de l'ESA dit très clairement que les Etats membres de l'ESA ont décidé jusqu'à présent de ne pas se doter d'une capacité complète de transport humain dans l'espace. [...] Et je crois que cela ne se produira pas dans les prochaines années."

Cependant, cette dépendance peut être considérée comme une bonne chose, selon Jan Wörner : "il y a un effet positif à cela et ce sont les interactions géopolitiques. Si chacun avait sa propre capacité [ndlr : à envoyer des astronautes dans l'espace], quelle nécessité y aurait-il à travailler ensemble ?" Celui qui dirige l'Agence spatiale européenne depuis le 1er juillet 2015 a ajouté : "parfois, certains déficits sont bons pour d'autres choses comme la coopération. [...] Je peux voir certains effets positifs à cela, que l'Europe a besoin de coopérer avec l'Est et l'Ouest."

A lire aussi — Après son test réussi, Elon Musk espère envoyer des astronautes de la NASA dans l'espace au deuxième trimestre 2020

De l'autre côté de l'Atlantique, SpaceX et la NASA ont récemment réussi un test crucial sur la capsule Crew Dragon dédiée, dans un futur très proche, au transport d'astronautes depuis et vers l'ISS. Cette mission risquée avait pour objectif de montrer que le système d'éjection en vol d'urgence de la Crew Dragon fonctionne correctement afin d'assurer la sécurité des astronautes qui voyageront à bord. Dans un tweet publié le 19 janvier 2020, l'administrateur de la NASA Jim Bridenstine a applaudi cette prouesse en déclarant : "Félicitations à l'équipe de la @NASA et @SpaceX pour avoir réussi le test d'interruption en vol ! Ce test critique nous permet d'être prêts à faire voler à nouveau des astronautes américains à bord de fusées américaines depuis le sol américain [...].".

Le premier vol habité avec la Crew Dragon devrait être lancé au deuxième trimestre de l'année.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :