Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Netflix explique pourquoi il a annulé 'Everything Sucks' après moins de 2 mois

Netflix explique pourquoi il a annulé 'Everything Sucks' après moins de 2 mois
© Netflix
  • Netflix a annulé "Everything Sucks" car beaucoup de gens n'ont pas terminé le premier épisode, et la série en général.
  • Le premier épisode de la comédie pour adolescents située dans les années 90 dure seulement 23 minutes.
  • Cela donne une idée de comment Netflix choisit quels programmes arrêter.
  • A TCA en juillet dernier, la vice-présidente des contenus originaux de Netflix a admis que la série avait une communauté de fans loyaux, mais dit qu'elle ne voyait pas de place pour développer ce public avec une deuxième saison.

Netflix a décidé d'annuler "Everything Sucks", car si les gens ont commencé à la regarder, beaucoup ne sont pas allés au bout du premier épisode. Netflix a également reconnu que la série avait un public loyal, mais ne pas croire qu'il s'élargirait au fil d'une deuxième saison.

En avril, Netflix a annulé cette comédie pour adolescents prenant place dans les années 90, moins de deux mois après son lancement. Beaucoup de gens étaient mécontents de l'arrêt du programme, dont Beau Willimon, le créateur de la série "House of Cards" et la comédienne Lauren Lapkus, qui est apparue dans les premières saisons de "Orange Is the New Black".

"Everything Sucks" raconte l'histoire de Kate Messner, une lycéenne en deuxième année qui commence à accepter sa sexualité (elle est lesbienne). Son aventure illustre la difficulté d'être un(e) adolescent(e) LGBTQ+, a fortiori il y a deux décennies.

Bien que le premier épisode de la série ne dure que 23 minutes, des gens l'ont interrompu en faveur d'autre chose, ce qui est la raison principale pour laquelle Netflix l'a annulée (et si rapidement), d'après "The Netflix Binge Factory", un reportage publié par Vulture en juin. D'autres qui ont terminé le premier épisode ne sont pas restés plus longtemps non plus.

Deadline a indiqué que lors de la présentation de Netflix à la TCA (Television Critics Association) en juillet, Cindy Holland, la vice-présidente des contenus originaux, avait dit que si elle était elle-même "vraiment passionnée" par "Everything Sucks", et qu'elle prenait personnellement les annulations, la série devait être arrêtée parce que l'audience ne grandissait pas.

Holland a dit que "parce que nous avons vu un très faible taux de réussite sur toute la saison, nous avons réalisé qu'il état très peu probable qu'elle soit capable de faire grandir l'audience, d'en attirer une tout autre et d'avoir une audience suffisamment large pour justifier une saison deux".

Ted Sarandos, le responsable des contenus de Netflix a dit à Vulture en juin que Netflix ne déterminait pas le succès d'une série en fonction de la vitesse à laquelle les gens la visionnent: c'est plutôt en fonction de si les gens reviennent ou non pour en voir davantage, et si le programme offre à Netflix de nouveaux abonnés.

"Le visionnage complet d'un seul épisode est un déclencheur plus important", a dit Sarandos. "On ne prendrait pas en considération: 'Est-ce que les gens dévorent tout le premier week-end?', parce que le nombre de personnes qui le font est plutôt faible."

D'après une "source dans une agence de talents" citée par Vulture, "Everything Sucks" coûtait 1,5 millions de dollars par épisode, et moins de 15 millions de dollars au total pour la première saison. Le budget faible de la série était l'une des raisons principales pour lesquelles les fans étaient étonnés de son annulation.

Ce qui n'est pas surprenant est que les abonnés Netflix aient un peu décroché lors du premier épisode. Il commence sur une note ennuyante, s'accrochant à des références aux années 90 et à "Freaks and Geeks". Mais vers la fin de la saison, la série est devenue vraiment spéciale, rendant beaucoup de gens (dont moi) enthousiastes à l'idée d'une deuxième saison, qui avait le potentiel d'être géniale.

Version originale: Carrie Wittmer/Business Insider

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :