Publicité

Pourquoi SpaceX, l'entreprise spatiale d'Elon Musk, agace les autorités américaines

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


L' homme d'affaires est en froid avec les institutions responsables du lancement des fusées. © JOE RAEDLE / GETTY IMAGES
Publicité

Le côté rebelle d'Elon Musk amuse les réseaux sociaux, moins les autorités américaines. Le patron de Space X, l'entreprise spécialisée dans l'industrie spatiale et engagée dans plusieurs projets avec la NASA, est régulièrement rappelé à l'ordre pour ses lancements privés par les institutions gouvernementales. Le média américain The Verge dévoile ce mercredi 16 juin une lettre dans laquelle la Federal aviation administration (FAA), l'agence américaine en charge des autorisations de vol, fustige Elon Musk pour avoir violé plusieurs fois des consignes de sécurité fondamentales.

Le 9 décembre, alors que Space X s'apprête à lancer le prototype de fusée Starship SN8, la FAA indique aux employés de l'entreprise de ne pas procéder au déclenchement de l'opération pour cause de conditions météorologiques dangereuses en cas d'accident. En effet, le vent aurait pu ce jour-là amplifier l'onde de choc de l'explosion et mettre en danger des maisons voisines. Quelques minutes avant le décollage, un inspecteur de la sécurité de la FAA a averti le personnel de SpaceX dans la salle de contrôle de lancement qu'un lancement violerait la licence donnée à l'entreprise. Le personnel de SpaceX a finalement ignoré l'avertissement car ils "ont supposé que l'inspecteur n'avait pas en main les dernières informations", selon le rapport de SpaceX. Le prototype Starship SN8 a lui, bien explosé à l'atterrissage, sans dégâts pour la population heureusement.

À lire aussi — En 1953, un scientifique prédisait qu'un homme nommé "Elon" conduirait les humains sur Mars

Un retour de bâton fin janvier

Dans une lettre à Gwynne Shotwell, présidente de Space X, le chef de la division spatiale de la FAA, Wayne Monteith, a critiqué la société pour avoir procédé au lancement "sur la base d'impressions et d'hypothèses". L'entreprise a utilisé des "méthodes analytiques qui semblaient avoir été développées à la hâte pour respecter une fenêtre de lancement", poursuit Wayne Monteith.

Les documents obtenus par The Verge montrent comment SpaceX a privilégié la vitesse à la sécurité lors du lancement sur son propre terrain de jeu de fusée privé. La société justifiait sa décision en critiquant le programme de lancement comme trop contraignant et irréaliste. En fin de compte, la FAA n'a pas sanctionné l'entreprise et, moins de deux mois plus tard, SpaceX a repris ses vols à Boca Chica, au Texas.

Jusqu'à ce que la FAA mette son véto, une nouvelle fois, contre Space X. Le 29 janvier, alors que le nouvel appareil, SN9, s'apprête à décoller, l'institution gouvernementale parvient à annuler le lancement. Les officiels ont tout simplement ouvert l'espace aérien, empêchant l'entreprise d'enclencher un décollage sans risque. Aucune raison officielle n'a été communiqué au public mais, selon un un ancien administrateur de la FAA, George Nield, interrogé par Business Insider, cette interdiction serait liée au dernier incident de décembre. Les autorités ont voulu s'assurer qu'Elon Musk respectera à l'avenir les conditions imposées par l'institution.

L'homme d'affaires a réagi, à sa manière, sur Twitter, déclarant que la "division spatiale de la FAA est une structure cassée" et que si l'on suit ses règles, "l'Humanité n'atteindra jamais Mars". Un porte-parole de la FAA a répondu, affirmant que l'agence "ne compromettra pas sa responsabilité de protéger la sécurité publique". Le SN9 a finalement décollé quatre jours plus tard. La fin du mois de juin pourrait être un nouvel épisode dans les frictions entre Elon Musk et l'administration puisque le premier vol orbital d'une fusée serait retardé à cause d'un problème environnemental. La FAA a demandé à la société de procéder à une évaluation pour s'assurer que le système Starship-Super Heavy ne nuira pas à la faune et aux écosystèmes voisins de sa base de lancement à Boca Chica, au Texas. Le rapport et la licence de lancement ne seront pas traitées à temps pour un lancement début juillet indique le chaine américaine CNN.

À lire aussi — Comment Virgin Galactic, Blue Origin et SpaceX préparent les touristes spatiaux au voyage

Des routes bloquées au Texas

Il n'y a pas que les autorités spatiales qui s'agacent. Le National Weather Service, l'équivalent américain de Météo-France, avait alerté sur les retombées de fusée de Space X après que des débris ont atterri sur terre de manière hasardeuse en mars. Plus récemment, c'est l'État du Texas qui a rappelé à l'ordre l'entreprise. Space X fait décoller ses appareils depuis un port spatial à Boca Chica situé dans l'Etat américain. La société d'Elon Musk aurait illégalement fermé les routes, selon Rudy Mireles, journaliste de la chaine locale KGRW.

Le personnel de sécurité de SpaceX a enfreint les lois du Texas le mois dernier pour empêcher la circulation afin d'exercer des manœuvres privées. Le procureur du comté a averti SpaceX que de futures violations pourraient entraîner l'arrestation d'employés ou de sous-traitants de SpaceX, ainsi que des poursuites pénales à l'encontre de la société, selon Rudy Mireles. L'enfer est pavé de bonnes intentions pour Elon Musk.

À lire aussi — SpaceX a envoyé 5 000 tardigrades dans l'espace pour étudier leur indestructibilité

Découvrir plus d'articles sur :