Il y a quelque chose d'inquiétant dans le fait qu'un employé de Twitter a pu désactiver temporairement le compte de Donald Trump

Il y a quelque chose d'inquiétant dans le fait qu'un employé de Twitter a pu désactiver temporairement le compte de Donald Trump

Le président Donald Trump. AP

  • Le compte Twitter du président Donald Trump a été désactivé pendant 11 minutes par un(e) employé(e) dont c'était le dernier jour dans l'entreprise — et c'est un problème évident de sécurité. 
  • Et si l'employé(e) avait à la place composé un tweet attaquant une entreprise ou déclarant la guerre à la Corée du Nord?  

Pendant 11 minutes, dans la nuit du 2 novembre 2017, le monde a assisté à une première: le président américain Donald Trump n'était pas sur Twitter. 

Le compte de Trump a été temporairement désactivé, suite aux actions d'un(e) employé(e) de Twitter. Au début, Twitter a dit que c'était dû à une erreur humaine arrivée par "inadvertance". Mais l'entreprise a ensuite déclaré quelques heures plus tard que c'était un incident causé par un(e) "employé(e) du service client de Twitter qui l'avait fait pour son dernier jour dans l'entreprise", suggérant que cela puisse ne pas être un accident. 

Les détracteurs de Trump ont vite salué l'employé(e) de Twitter anonyme comme un héros; d'autres ont rit de l'incident comme un épisode amusant de plus durant une année où la politique est devenu le théâtre de l'absurde. 

Mais il n'y a rien de très drôle ou d'admirable dans la désactivation temporaire du compte @realdonaldtrump. En réalité, c'est plutôt terrifiant.

Le compte Twitter de Trump est un phénomène sans précédant. La personne la plus puissante au monde possède un mégaphone pour exprimer tout ce qui lui passe par la tête immédiatement. Il n'y a pas de filtre; il n'y a pas de délai; on ne peut pas retirer ce qui est dit. 

Le CEO de Twitter, Jack Dorsey. Associated Press

Twitter a refusé de fournir plus de détails sur comment l'entreprise opère et protège cet unique et puissant compte qui est entre ses mains. A l'évidence, il y a des questions de sécurité qui motivent cette discrétion, et c'est aussi la raison pour laquelle il n'y a pas eu beaucoup de pression publique pour que le site soit plus transparent. 

Mais le fait que le président des États-Unis a été réduit au silence par un(e) employé(e) de Twitter, même si c'est seulement pendant 11 minutes, n'est pas très rassurant. Cela porte à croire que, quelle que soit la protection que Twitter a en place pour le compte POTUS (President Of The US), il y a des failles considérables.

Nous ne savons pas vraiment quel niveau d'accès les divers-es employé-e-s de Twitter ont sur les comptes utilisateurs. Avec un peu de chance, cet(te) employé(e) avait seulement la capacité de désactiver le compte, et pas vraiment d'y accéder. Mais nous n'en avons aucune idée.

Imaginez un peu si cet(te) employé(e) sans scrupules avait décidé pour son dernier jour de faire quelque chose de différent. Et si, au lieu de désactiver le compte de Trump, l'employé(e) avait décidé d'envoyer un tweet du compte de Trump? Peut- être que l'employé(e) aurait fait dire quelque chose de stupide ou embarrassant. Peut-être que l'employé(e) aurait attaqué une entreprise, en espérant qu'en la dévaluant, il puisse se faire de l'argent rapidement.

Ou peut-être que l'ex-employé(e) de Twitter aurait pu composer un tweet déclarant que des missiles avaient été envoyé vers un ennemi comme la Corée du Nord. 

Twitter a le contrôle d'une arme nucléaire à l'ère d'internet. Nous ne pouvons nous permettre de faire confiance à Twitter sur comment s'en occuper.

Cette chronique ne reflète pas nécessairement l'opinion de Business Insider. 

Version originale: Alexei Oreskovic/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Un employé Twitter a profité de son dernier jour dans l'entreprise pour désactiver le compte de Donald Trump pendant 11 minutes

VIDEO: On a testé Moovin', le nouveau dispositif de voitures électriques en libre service de Renault, qui remplace Autolib

  1. Paul

    horrible cette nouvelle manière d'écrire avec l'ajout forcé de forme féminine. Contagion des esprits et idiotie grammaticale.

Laisser un commentaire