Pourquoi vous devriez prêter attention à la date limite d'utilisation de votre maquillage

Matheus Ferrero/Unsplash

Certains de vos produits et accessoires de maquillage pourraient être contaminés par des bactéries potentiellement dangereuses, selon une étude de chercheurs de l'université Aston, récemment publiée dans la revue Journal of Applied Microbiology. Des bactéries E. coli, staphylocoques et citrobacter freundii ont été retrouvés dans 70% à 90% des mascaras, pinceaux, eyeliners, éponges à maquillage de type "blender" ou encore rouges à lèvres utilisés quotidiennement et testés dans le cadre de l'étude. En cause ? Les mauvaises pratiques des utilisateurs : le fait que la plupart ne les nettoie pas régulièrement — et correctement — ou/et les utilise bien au-delà de leur date limite d'utilisation.

En effet, il existe bien une date de "péremption" pour le maquillage. Elle indique jusqu'à quand les agents de conservation contenus dans le produit sont censés éviter toute prolifération bactérienne. S'ils ont une durée de vie de moins de 30 mois, une mention "à utiliser avant..." doit être inscrite sur l'emballage, selon la législation européenne. Si elle excède 30 mois, c'est la PAO (durée d'utilisation optimale après ouverture sans dommage pour le consommateur) qui doit être imprimée sur l'emballage. La PAO varie en fonction des produits. Certains ont une PAO plus limitée, car ils contiennent de l'eau comme les fonds de teint et les mascaras. Le plus souvent, elle est indiquée sous la forme d'un pictogramme représentant un pot de crème ouvert et accompagné d'une durée exprimée en mois ou années.

Le pictogramme représentant la PAO.

Le problème est que de nombreuses personnes ignorent l'existence de la PAO ou n'y prêtent pas attention. Pourtant, les bactéries de type E. Coli peuvent causer des infections de la peau ou des infections gastriques. Amreen Bashir, l'un des auteurs de l'étude, a commenté : "les mauvaises pratiques d'hygiène des consommateurs en matière d'utilisation du maquillage, en particulier des blenders, sont très inquiétantes si l'on considère que nous avons trouvé des bactéries telles que E. coli se reproduisant dans les produits que nous avons testés."

Et les risques de contamination bactérienne sont d'autant plus importants pour les personnes dont le système immunitaire est faible (les femmes enceintes, les nourrissons, les personnes âgées ou les individus en état de malnutrition notamment sont plus fragiles).

A lire aussi — Les marques de cosmétique que les jeunes français considèrent comme les plus écoresponsables

Les éponges de type blender présentent le plus de risques

Les chercheurs ont conclu que les éponges de maquillage de type "blender" — utilisées pour appliquer du fond de teint — présentaient les niveaux les plus élevés de bactéries potentiellement dangereuses, alors que 93% des blenders n'avaient pas été lavés malgré le fait que 64% d'entre eux étaient tombés au sol à un moment ou à un autre. 

"Les blenders n'ont été introduits sur le marché que récemment comme produits d'application et on dispose de peu d'information sur la meilleure façon de les utiliser ou de les nettoyer. Nos résultats ont montré que ces produits portaient la charge bactérienne la plus élevée pendant leur utilisation et que plus d'un quart d'entre eux étaient contaminés par des bactéries de type Enterobacteriaceae", ont écrit les scientifiques.

Ces éponges peuvent "être lavées avec de l'eau chaude et avec du savon, mais cela peut encourager la prolifération de bactéries si elles ne sont pas séchées. [... ] il faut faire davantage pour sensibiliser les consommateurs et l'ensemble de l'industrie du maquillage à la nécessité de laver régulièrement et de sécher à fond les mélangeurs de beauté, ainsi qu'aux risques liés à l'utilisation du maquillage au-delà de la date de péremption." 

Dans le cadre de l'étude, l'équipe de chercheurs a examiné 467 produits (96 rouges à lèvres, 92 eyeliners, 93 mascaras, 107 gloss et 79 éponges de type beauty blender). 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Millie Bobby Brown de 'Stranger Things' lance une marque de cosmétiques vegan

Voici comment les hôtels 'all inclusive' vous font dépenser de l'argent