Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Pourquoi vous devriez trouver plus de produits français que d'habitude dans les supermarchés

Pourquoi vous devriez trouver plus de produits français que d'habitude dans les supermarchés
Vous devriez trouver plus de fraises originaires de France dans les supermarchés © Unsplash/adrianna geo

Emmanuel Macron avait donné le ton lors de son allocution du jeudi 12 mars : "déléguer notre alimentation est une folie". Ce mot d'ordre est plus que jamais d'actualité avec les déclarations ce mardi 24 mars de Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances sur Franceinfo : "J'appelle les grands distributeurs à un nouvel effort : approvisionnez-vous en produits français". Il estime ainsi que durant cette crise sanitaire l'économie française aura besoin de "patriotisme économique". Le ministre a appelé les acteurs de la grande distribution à s'approvisionner en priorité auprès des agriculteurs français, pénalisés notamment par la fermeture des marchés annoncée lundi 23 mars par le Premier ministre.

"Je sais que (ces enseignes) le feront parce qu'elle sont solidaires dans cette crise (...) de façon à ce que nos agriculteurs ne soient pas pénalisés par cette décision", a-t-il ajouté, citant notamment des produits comme les fruits et légumes, la viande ou les poissons. Dès dimanche 22 mars, Christiane Lambert, présidente du syndicats d'agriculteurs FNSEA, annonçait dans un tweet que la grande distribution mettrait cette semaine en avant les produits frais français, notamment les asperges et les fraises.

Des fraises et asperges françaises chez Intermarché et Leclerc

Certains distributeurs appliquent déjà ces mesures, comme Intermarché. L'enseigne explique dans un communiqué qu'elle met en place un "plan média national (...) pour sensibiliser les Français (...) et les inciter à consommer notamment plus de fraises et d'asperges françaises". Même chose pour le "poisson issu de la pêche française". Intermarché précise que "suite aux fermetures des restaurants et des cantines scolaires, et plus largement au confinement (...), la demande de poisson comme de fruits et légumes frais est au plus bas".

Même son de cloche du côté de Leclerc : son PDG, Michel-Édouard Leclerc, indique via son blog que "les centres E.Leclerc s’engageront complètement aux côtés des agriculteurs français". Dès jeudi dernier, le distributeur avait décidé de stopper l'approvisionnement en asperges, tomates, concombres ou fraise, de toute autre origine que France. "Tous les prospectus donneront la priorité à l’origine France" précise-t-il. Et même s'il "pourra encore y avoir ici ou là quelques produits d'origines étrangère (...) ce sera anecdotique".

La grande distribution comme seule solution ?

Les nuages noirs s'amoncellent en effet dans le ciel des producteurs français de produits frais, que ce soit les fruits et légumes, le poisson ou encore la viande. La fermeture des restaurants annoncée le samedi 14 mars a porté un premier coup aux approvisionnements. La mise à l'arrêt des crèches, écoles, collèges, lycées et universités débutée le lundi 16 mars a également réduit un peu plus les commandes. Même si, comme l'a précisé au Télégramme Olivier Mével, maître de conférences à l'Université de Bretagne Occidentale, "dans la restauration collective, on mange essentiellement des produits d’importation" .

Le confinement imposé aux Français depuis le mardi 17 mars n'a pas arrangé les choses : ils se sont en effet rués dans les magasins, mais pour acheter des produits d'épicerie comme les pâtes, le riz ou le pain de mie. L'annonce de la fermeture des marchés ouverts par Édouard Philippe mardi 23 mars (avec néanmoins quelques dérogations possibles) apporte donc un nouveau coup d'arrêt aux producteurs de produits frais. Seule solution pour eux, écouler leur marchandise via la grande distribution. D'autant plus que les Français sont maintenant obligés de prendre la totalité de leurs repas à domicile et qu'ils font leurs courses en grande majorité uniquement en supermarchés aujourd'hui.

Quelques initiatives ont néanmoins vu le jour pour tenter d'écouler d'une manière différente les stocks de produits frais : l'application Choco, par exemple, qui aide en temps normal les restaurateurs à passer leurs commandes auprès de leurs fournisseurs, a mis en place l'opération "Rungis à la Maison". Moyennant un montant de commande 80 euros minimum, vous pouvez vous faire livrer directement à domicile les fruits et légumes habituellement destinés aux restaurateurs. Ce service est mis en place pour tous les arrondissements de Paris, ainsi que les départements 92 et 94. L'application s'engage à reverser l'intégralité des bénéfices à des associations venant en aide aux restaurateurs.

Origine des produits et made in France

Le sujet de la souveraineté alimentaire était déjà au cœur des discussions lors de la mise en place de la loi sur l'alimentation Egalim en février 2019. Des initiatives avaient depuis vu le jour pour essayer de promouvoir les produits made in France et dénoncer les étiquetages parfois trompeurs que l'on trouve en grande distribution. Certains distributeurs avaient même annoncé le lancement de labels pour tirer au clair l'origine des produits : Intermarché avec son Franco-Score, Leclerc avec son "Savoir d'achat" ou encore Lidl. La crise liée à l'épidémie de coronavirus pourrait donc encore accélérer les choses dans les mois à venir.

À lire aussi — Coronavirus : ces mesures sanitaires vont être prises dans les supermarchés pour ralentir l'épidémie

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :