Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Pourquoi Xavier Niel ne veut pas de Salto, la plateforme de streaming de TF1, FTV et M6

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Pourquoi Xavier Niel ne veut pas de Salto, la plateforme de streaming de TF1, FTV et M6
© La page d'accueil du site de Salto. Capture d'écran

Xavier Niel ne veut pas de Salto, la plateforme de streaming de TF1, France Télévisions et M6, et il a décidé de placer son refus sur le terrain du droit. Selon la lettre professionnelle La Lettre A, l'opérateur Free a déposé un recours contre l'autorisation accordée par l'Autorité de la Concurrence à France Télévisions, TF1 et M6 de lancer cette plateforme OTT (over-the-top), c'est-à-dire en se passant du canal traditionnel d'un opérateur. Il s'agit ainsi de lancer leur propre service de streaming afin de diffuser leurs programmes mais aussi des créations originales françaises voire européennes. Une phase de lancement test est prévue à partir du 3 juin et la réelle campagne de recrutement sera lancée début septembre.

Bien que l'Autorité de la concurrence a dit qu'elle veillerait à ce que les chaînes et services de replay des trois groupes restent accessibles ailleurs que sur Salto — sur les box des opérateurs ou sur les plateformes telles que Molotov ou MyCanal — Free redoute de subir financièrement une entente entre les trois groupes. En jeu : le tarif de vente des chaînes aux opérateurs, explique La Lettre A. Ce point de négociation commerciale avait déjà tendu les rapports entre Altice, Orange et Free au sujet de BFM TV. Cette fois, Free considère que TF1, France Télévisions et M6 pourraient former un cartel qui facturerait moins cher leurs chaînes à la société Salto dans laquelle ils sont actionnaires.

A lire aussi — Prix, date, programmes... Ce qu'on sait déjà sur Salto, la plateforme de TF1, France TV et M6

Pour éviter cette situation, le gendarme de la concurrence a imposé aux trois groupes des conditions "objectives et non discriminatoires" à savoir proposer les mêmes prix pour Salto et pour Free. Mais l'opérateur de Xavier Niel semble penser que TF1, FTV et M6 pourraient artificiellement faire grimper le prix de vente à Salto, pour ensuite l'appliquer à tous les distributeurs, informe la Lettre A. Et Free a donc saisit le conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative en France.

Découvrir plus d'articles sur :