Marine Le Pen lors d'une conférence de presse à Bruxelles, en juin 2015. REUTERS/Yves Herman

De 2012 à 2017, ce seraient près de 5 millions d'euros de fonds publics qui auraient été détournés par le Front national au profit de membres de son parti.

Le Parlement européen soupçonne le parti d'extrême-droite d'avoir salarié des collaborateurs en tant qu'assistants parlementaires européens alors qu'ils travaillaient en réalité pour le FN, autrement dit d'avoir été payés par des fonds publics pour des emplois fictifs.

Interrogé par Franceinfo, l'avocat du Parlement européen Patrick Maisonneuve évalue désormais à 4.978.122 euros le préjudice subi par l'institution. Elle enquête sur "une trentaine de noms", dont 17 députés européens parmi lesquels figurent Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen, Louis Aliot et Florian Philippot.

Une précédente estimation portait sur un préjudice de 1,9 million d'euros de salaires versés frauduleusement. Le Parlement européen a révisé son estimation à la hausse "après une analyse plus précise des éléments du dossier, selon les degrés d’implication de chacun", a expliqué Patrick Maisonneuve à Franceinfo

Le Parlement européen a entamé mercredi 26 avril 2017 le processus devant aboutir à la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, pour l'utilisation présumée frauduleuse de fonds européens qui lui est reprochée. Ce processus ne devrait pas aboutir avant le mois de juin, soit après l'élection présidentielle française.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le logo du FN a progressivement disparu de la communication de Marine Le Pen — ces photos de discours le montrent

VIDEO: Voici comment l'anesthésie affecte votre corps et votre cerveau