Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le premier débat de la primaire de la gauche a lieu ce soir — voici ce qu'il faut savoir

Le premier débat de la primaire de la gauche a lieu ce soir — voici ce qu'il faut savoir
© REUTERS

Les 22 et 29 janvier, les électeurs de gauche se rendront aux urnes pour choisir leur candidat à l'élection présidentielle.

Trois débats télévisés sont organisés en amont du scrutin. Le premier, diffusé sur TF1 et RTL, a lieu ce jeudi soir. Les suivants sont prévus les dimanche 15 et jeudi 19 janvier.

Sept candidats se présentent et participeront au débat: Jean-Luc Bennahmias, Benoit Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, Francois de Rugy et Manuel Valls.

Comment se situent les candidats avant le débat?

REUTERS/Charles Platiau

Un sondage Ifop, publié dans le Journal du Dimanche le 8 janvier 2017, livre la photographie suivante des intentions de vote au premier tour de la primaire:

Manuel Valls: 36%

Arnaud Montebourg: 24%

Benoît Hamon: 21%

Vincent Peillon: 9%

Sylvia Pinel: 7%

François de Rugy: 2%

Jean-Luc Bennahmias: 1%.

Qui a besoin d'obtenir quel résultat ce soir?

REUTERS/Charles Platiau

Manuel Valls: l'ex-Premier ministre doit convaincre qu'il est plus à gauche qu'il n'y paraît et qu'il a la stature d'un homme d'Etat. Depuis peu, il est en perte de vitesse et il doit retrouver de l'élan.

Arnaud Montebourg: ancien ministre de l'Economie de François Hollande, Arnaud Montebourg se pose néanmoins en opposant au mandat qui s'achève. Conclusion, il devra montrer qu'il est cohérent dans ses choix et différents de Benoît Hamon.

Benoît Hamon: il peut rêver d'un destin de troisième homme à la François Fillon, qui a fait une remontée surprise pendant la primaire de la droite alors que les regards étaient fixés sur Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. Mais il doit convaincre qu'il a la carrure d'un président et que ses mesures — comme le revenu universel — tiennent la route. A défaut, ce débat pourrait casser la dynamique ascendante qui le porte actuellement.

Vincent Peillon: sa candidature a surpris en raison de son absence de la scène politique nationale depuis plusieurs années. Le débat est l'occasion de rattraper son déficit de notoriété, qui vient de recevoir un petit coup de pouce avec le soutien annoncé de la maire de Paris Anne Hidalgo. Mais il doit aussi se distinguer de Manuel Valls, car il s'inscrit dans la lignée du quinquennat de François Hollande.

Sylvia Pinel: La présidente du Parti radical de gauche a l'occasion de faire connaître sa personne, son parti et son projet. Elle joue un billard à trois bandes: elle doit obtenir un bon score parmi les "petits candidats" à l'issue du premier tour pour espérer peser avec son ralliement à un autre candidat au second tour.

REUTERS/Christian Hartmann

François de Rugy: Comme Sylvia Pinel, le transfuge d'Europe Ecologie-Les Verts, qu'il considérait trop gauchiste, doit se faire connaître pour espérer peser, et faire peser l'écologie, dans le futur.

Jean-Luc Bennahmias: Le président du Front démocrate est passé par Les Verts et le Modem et rêve d'unir l'électoral de Jean-Luc Mélenchon comme de Nathalie Kosciusko-Morizet. Il a multiplié les apparitions dans les médias en amont du débat pour compenser un déficit de notoriété important.

Quels sujets vont être abordés ?

REUTERS/Jacky Naegelen

Il y a trois thèmes annoncés:

  • les questions économiques
  • le terrorisme et la sécurité
  • et les questions sur la République et la laïcité.