Elon Musk wants to colonize Mars with SpaceX. Anaele Pelisson/Business Insider; Getty Images; Shutterstock; SpaceX

Elon Musk, le fondateur milliardaire de SpaceX, a présenté un nouveau projet pour coloniser Mars avec 1 million de personnes.

Le International Astronautical Congress d'Adélaïde, en Australie, a accueilli la présentation de Musk vendredi, et SpaceX a diffusé l'événement en direct sur YouTube Live. (Vous pouvez la retrouver ici.)

Musk avait tweeté lundi qu'il allait dévoiler des "améliorations majeures" et des "usages inattendus" lors de cette présentation, qui est une itération de sa présentation livrées l'année dernière à l'IAC de Guadalajara, au Mexique — lors de laquelle il a dévoilé le véhicule qu'il destinait à Mars.

"Ça mérite le détour," a-t-il tweeté avant son talk de 2017. "Le design semble bon."

Voici les moments forts de sa présentation

Il a parlé d'une baisse significative des coûts.

elon musk mars spacex iac talkSpaceX/YouTube

"L'avenir est bien plus intéressant et excitant si nous sommes une civilisation qui explore l'espace et une espèce multi-planètes que si nous ne le sommes pas", a-t-il indiqué en introduction. "Je ne vois rien qui soit aussi excitant que d'aller faire un tour dans les étoiles."

Il a ensuite esquissé les nouveautés par rapport à sa présentation au Mexique.

"Je pense que la chose la plus importante que je vais dire dans cette présentation est que je pense que nous avons trouvé comment financer tout ça", a-t-il ajouté, à propos de son système de lanceur. Musk l'avait initialement nommé "Interplanetary Transport System" ou ITS, mais cette année il a repris une appellation plus ancienne: la BFR, abbréviation de "Big F---ing Rocket." ("P**** de grosse fusée")

"On cherche encore le bon nom", a-t-il ajouté.

Selon Musk, l'objectif de BFR est de "cannibaliser" et remplacer tous les systèmes de lancement et de vol spatiaux de SpaceX, y compris la fusée Falcon 9, la future Falcon Heavy et la capsule Dragon utilisée par la NASA. 

"Si nous pouvons faire cela, alors toutes les ressources utilisées par Falcon 9, [Falcon] Heavy, and Dragon ... peuvent utiliser ce système," a-t-il assuré.

Musk a évoqué les progrès faits par la BFR

Plus tôt dans l'année, SpaceX a construit un container à carburant pour vaisseau spatial en fibre de carbone. Des ingénieurs l'ont ensuite mis sur une barge, remorquée dans l'océan et testé sa pression pour s'assurer qu'il pourrait résister à la pression de 1200 tonnes d'oxygène liquide.

Le test était concluant — mais Musk a dit qu'ils ont poussé aussi loin que possible pour voir quand il exploserait.

"Il s'est envolé dans les airs d'environ 300 pieds et a atterri dans l'océan. Puis on l'a repêché", dit Musk.

Il a ajouté que de travailler sur le container en fibre de carbone — le noyau du vaisseau BFR — était essentiel pour que la fusée soit légère et efficace.

Musk a aussi rappelé les progrès faits sur ses moteurs géants Raptor.

L'objectif est de mettre des douzaines de Raptors au pied de la fusée principale de BFR, pour lui donner énormément de puissance au décollage — assez pour placer 150 tonnes dans l'orbite basse de la Terre, où la station spatiale réside. (A titre de comparaison, la station spatiale pèse 450 tonnes). Des douzaines de tests semblent montrer que les moteurs fonctionnent bien.

Il a aussi expliqué comment SpaceX a développé des technologies clés nécessaires à son projet pour Mars. 

L'une des technologie clés qu'il a signalées était une fusée réutilisable et auto-atterrissante. Ce schéma réduit considérablement les coûts des vols spatiaux dans le temps, dans la mesure où tous les autres systèmes jettent les fusées après une utilisation.

"Nous avons réussi 16 lancements à la suite", a dit Musk. "Je pense que nous pouvons atteindre une fiabilité des atterrissages qui est comparable aux compagnies aériennes commerciales les plus sûres".

Si cela arrive, alors Musk dit que "vous pouvez compter sur l'atterrissage" sur Mars.

Il a aussi dit que l'arrimage automatisé du vaisseau spatial est essentiel dans la mesure où cela va permettre de facilement réapprovisionner BFR dans l'espace. Au fil du temps, SpaceX a perfectionné sa technique avec sa capsule Dragon et l'ISS.

Musk a rappelé comment les échecs et progrès des lanceurs SpaceX ont contribué au développement de BFR

Il a expliqué comment SpaceX a failli échouer en tant qu'entreprise au début parce que "personne de bon ne voulait nous rejoindre", ce qui a entre autres conduit à trois lancements ratés de son premier système Falcon 1. Le quatrième lancement a finalement réussi — mais s'il n'avait pas marché, SpaceX aurait déclaré faillite.

"Le destin nous avait à la bonne ce jour-là", a dit Musk, ajoutant que ce vendredi marquait le neuvième anniversaire du lancement.

spacex rockets falcon 1 9 heavy bfr youtubeUne comparaison des fusées SpaceX. SpaceX/YouTube

Alors que Falcon 1 n'était pas réutilisable, environ 70% des Falcon 9 le sont aujourd'hui. En parallèle, Falcon Heavy — le plus grand système de fusée de SpaceX à l'heure actuelle, qui doit être lancé cette année — est en somme un assemblage de trois propulseurs réutilisables Falcon 9. 

Les étages supérieurs de toutes ces fusées ne sont pas encore tout à fait réutilisables, ce qui les rend plus couteux. Mais le BFR, selon Musk, sera 100% réutilisable et capable de transporter cinq fois la charge d'une Falcon Heavy.

De nouvelles illustrations montrent des designs mis à jour de BFR et de son vaisseau spatial

Les deux parties de BFR feront environ 9 mètres de large, 100 mètres de long et pèseront 4400 tonnes au lancement — soit dix fois la masse de l'ISS. 

"C'est un engin assez gros", dit Musk.

spacex mars spaceship bfr youtubeUne personne au milieu donne une idée de l'échelle. SpaceX/YouTube

Le vaisseau lui-même mesurera environ 48 mètres et pèsera 1200 tonnes au total avec le plein.

La partie supérieure devrait être réservée à la charge utile, avec assez de cargo pour remplir un Airbus A380. 

L'aileron de la navette spatiale permettra de la stabiliser au décollage et à l'atterrissage, où qu'elle aille dans le système solaire — sur Terre, la Lune, Mars ou même des mondes plus éloignés encore.

A l'intérieur, il y aura de la place pour environ 40 cabines d'équipages et 100 membres d'équipage, ainsi qu'un abri anti-radiation solaire, un centre de divertissement et des parties communes.

spacex bfr spaceship cutaway design crew quartersSpaceX/YouTube

La présentation a aussi révélé l'antre du nouveau vaisseau et comment ça fonctionnera 

Musk a dit que la structure interne est conçue pour éviter que le carburant ne valse trop et déséquilibre le vaisseau à l'atterrissage. Il brûlera du méthane (CH4) avec de l'oxygène, que Musk compte récupérer à partir du dioxide de carbone présent dans l'air martien et de l'eau du sol. 

spacex bfr mars spaceship cutaway fuel tanks youtubeSpaceX/YouTube

Les moteurs Raptor ont des parties redondantes, a noté Musk, donc si quelque chose se casse, cela n'empêchera pas d'atterrir. Même si un moteur central s'arrête, la navette pourrait continuer son chemin. 

"Nous voulons que le risque à l'atterrissage soit le plus proche possible de zéro.", a-t-il dit.

spacex bfr mars spaceship engines stats youbeSpaceX/YouTube

Lors qu'une navette BFR complètement chargée est lancée, elle utilisera la plupart de son carburant pour entrer en orbite autour de la Terre ou Mars — donc un autre vaisseau devra l'alimenter en recharge d'oxygène ou de méthane.

Musk a partagé cette animation pour montrer comment l'arrimage automatisé permettrait de relier deux vaisseaux et de refaire le plein du plus grand.

Malgré la grande taille de BFR, Elon Musk dit qu'il sera étonnamment abordable

Bien que BFR pourrait être le plus grand système de fusée jamais développé... spacex bfr mars rocket size comparison 1Le BFR à droite. SpaceX/YouTube

... Musk a expliqué que sa réutilisation complète — à terme — en fera le moins cher à lancer. 

spacex bfr mars rocket cost comparison 2Le BFR est tout à gauche. SpaceX/YouTube

"A première vue, cela semble ridicule. Mais cela ne l'est pas." a dit Musk. 

Il a pris pour exemple le transport aérien commercial. Un avion à moteur simple coûte 1 à 2 millions de dollars et ne peut pas aller de Los Angeles en Australie. Alors qu'affréter un Boeing 747 — qui vaut des millions de dollars — coûte 500.000 dollars et peut transporter des centaines de personnes. 

"C'est vraiment fou que nous construisons ces fusées sophistiquées pour les détruire à chaque vol. C'est de la folie... la réutilisation est absolument fondamentale.", a-t-il insisté.

SpaceX pourrait financer les monstrueux coûts de dévelopement du BFR en l'utilisant autour de la Terre

Musk a dit que son but est de mettre tout le chiffre d'affaires de SpaceX — généré par le lancement de satellites au transport d'astronautes vers la station spatiale — dans le financement du BFR.

Mais une fois que le système est construit et que l'on a prouvé que ça marche, il rapportera de l'argent de différentes façons.

Elon Musk a ainsi évoqué la possibilité de lancer un télescope spatial avec un miroir ayant 10 fois la surface de Hubble — "en tant qu'unité seule, pas besoin de le déplier ou autre", a-t-il dit.

spacex bfr spaceship space telescope deployment earthSpaceX/YouTube

Usage plus fou encore mais peut-être plus nécessaire, Musk a suggéré qu'on pourrait utiliser les capacités massives du BFR pour ramasser et se débarrasser de vieux satellites.

"Si vous vouliez... nettoyer les débris spatiaux, vous pourriez en quelque sorte utiliser ce léviathan", a-t-il déclaré. 

Musk pense que son engin peut aussi servir et ravitailler l'ISS pour la NASA. 

spacex bfr mars ship earth space station resupplySpaceX/YouTube

Version originale: Dave Mosher/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Thomas Pesquet dit qu'il existe un obstacle à franchir pour pouvoir aller sur Mars et ce n'est pas un problème technologique

VIDEO: Voici une technologie innovante pour retirer les mauvaises herbes de son jardin — sans se salir les mains