Présidentielle 2017: ce qu'il faut savoir avant le débat de l'entre-deux-tours

Une femme passe devant les affiches des deux finalistes à Béthune. REUTERS/Pascal Rossignol

Le débat de l'entre-deux-tours aura lieu ce mercredi 3 mai 2017 entre Emmanuel Macron (En Marche!) et Marine Le Pen (FN). 

A la suite du premier tour, Emmanuel Macron a obtenu 24,01% des suffrages exprimés, tandis que Marine Le Pen est arrivée deuxième avec 21,30%.

Les Français sont appelés à élire leur prochain-e président-e le dimanche 7 mai prochain, qui tombe sur un week-end prolongé.

Voici ce qu'il faut savoir sur le débat auquel se livreront les deux candidats. 

L'heure et la diffusion du débat

Le débat entre les deux candidats sera diffusé en direct sur TF1, France 2 et BFMTV en simultané. Il commencera à 21h et devrait durer 2h30 selon Europe 1.

La parité chez les présentateur

Au départ, Gilles Bouleau et David Pujadas devaient animer le débat, mais le CSA a fortement insisté pour que les deux présentateurs soient un homme et une femme. TF1 et France 2 se sont donc accordés pour que ce soient Christophe Jakubyszyn et Nathalie Saint-Cricq qui s'en chargent.

TF1 avait à l'origine proposé que la journaliste Anne-Claire Coudray anime le débat, mais les représentants du Front national ont refusé sa présence.

La disposition

Il a été déterminé par tirage au sort que Marine Le Pen serait à gauche de l'écran et ouvrirait le débat, tandis qu'Emmanuel Macron serait à droite de l'écran et le clôturera. 

Une première

C'est la première fois qu'un candidat accepte de débattre à l'entre-deux-tour avec un-e candidat d'un parti d'extrême droite. En 2002 alors que Jean-Marie Le Pen avait accédé au second tour, Jacques Chirac avait refusé le débat. "Je ne peux pas accepter la banalisation de l'intolérance et de la haine", avait-il déclaré.

Les thèmes de prédilections et angles d'attaque

Une grande partie des élus du Parti Socialiste (PS) et Les Républicains (LR) ont appelé à voter Emmanuel Macron.

A force de récolter tous les soutiens de personnalités politiques de tous bords, Emmanuel Macron sera dépeint par la candidate du Front national comme le candidat du "système". Marine Le Pen cherchera à l'inverse à renforcer sa position "d'anti-système" et "anti-élite".

Sur les thèmes économiques, la candidate d'extrême droite prône la sortie de la zone euro, bien que les cadres du FN n'arrivent pas à s'entendre sur une explication précise de la mise en oeuvre d'un tel plan.

Le récent ralliement de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), qui a réuni 4,7% des voix au premier tour de l'élection présidentielle, n'est pas étranger à ce revirement.

Emmanuel Macron devra quant à lui convaincre une partie de l'électorat de gauche qui le voit comme le candidat du libéralisme économique, notamment en faveur de la loi El-Khomri.

Jean-Luc Mélenchon (19,58% au premier tour) n'a pas donné de consignes de vote. Une partie des militants de la France Insoumise a voté en ligne. Parmi les 243.000 "insoumis" qui ont voté, un tiers (35%) affirme voter pour Emmanuel Macron au second tour, tandis que les autres se répartissent entre vote blanc (36%) et abstention (29%).


Une polémique

Sur son compte Twitter, Marine Le Pen a nargué le candidat d'En Marche en faisant référence à un tweet de BFMTV, qui cite une de ses journalistes sur son plateau.

Ce tweet dit, à propos d'Emmanuel Macron : "s'il sert de punching-ball à Marine Le Pen, il quittera le plateau au bout d'une demi-heure".


D'après un journaliste du Figaro, l'entourage d'Emmanuel Macron parle d'une information issue d'un "échange off mal compris et mal retranscrit".



Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Certains électeurs de gauche refusent de voter Macron — cette campagne veut leur donner un argument pour le faire

VIDEO: Les scooters électriques en libre-service de Bosch arrivent cet été à Paris — on en a testé un pour vous