Un 'acte terroriste' à Carcassonne fait 3 morts — l'Etat islamique revendique l'attaque

LA VIE A TREBES/via REUTERS

Une prise d'otages qui se déroulait depuis la fin de la matinée ce vendredi 23 mars 2018 dans un supermarché U de la ville de Trèbes dans le département de l'Aude — et présentée comme "un acte terroriste" par le Premier ministre —  s'est soldée par la mort du suspect dans un assaut donné par les hommes du GIGN de Toulouse, en début d'après-midi.

Le groupe Etat islamique a revendiqué cet acte terroriste.

La France a subi vendredi "une attaque islamiste terroriste", a déclaré Emmanuel Macron.

Le ministre de l'intérieur a précisé que "le terroriste a fait trois victimes", et plusieurs blessés.

Résidant à Carcassonne, Redouane Lakdim était "un petit dealer" de 26 ans suivi par les services de sécurité qui n'avaient pas relevé chez lui de signes de radicalisation, a annoncé Gérard Collomb. Il a formulé "une revendication a posteriori" pour "la libération de détenus" et a agi seul, a-t-il indiqué.

Il était "connu pour des faits de petite délinquance", a précisé le ministre de l'Intérieur, qui s'est rendu sur place.

"Nous l'avions suivi et nous pensions qu'il n'y avait pas de radicalisation. (...) Il est passé à l'acte brusquement", a-t-il ajouté.

Depuis Bruxelles, en marge d'une conférence de presse lors du Conseil européen, Emmanuel Macron a indiqué que "ce qui vient de se passer montre que le niveau de la menace justifiait l'ensemble des mesures (prises, ndlr)". 

"La menace terroriste demeure élevée. Nous avons des menaces endogènes. Vous avez des individus identifiés comme dangereux, suivis de très près, mais qui constituent une menace terroriste dans le pays. Ces gens peuvent être influencés, avoir des liens avec Daesh ou une autre force extérieure relevant du terrorisme islamiste. Nous ne sommes plus dans une situation comme il y a deux-trois ans avec des offensives menées depuis la zone irako-syrienne".

Trèbes. Google Maps

Voici ce que l'on sait sur le déroulement des faits:

Après avoir grièvement blessé par balles le conducteur d'une voiture et tué son passager, avant de s'emparer du véhicule, à Carcassonne, Redouane Lakdim a ouvert le feu sur des CRS qui effectuaient un jogging, blessant grièvement l'un d'eux.

Il a ensuite pénétré dans un supermarché à Trèbes où il a tué deux personnes et aurait pris huit personnes en otage, a indiqué une source policière à l'agence de presse Reuters.

La gendarmerie est aussitôt intervenue, permettant à une partie des clients du supermarché de sortir. Un lieutenant-colonel de gendarmerie s'est alors substitué "à un otage que le terroriste tenait".

L'assaillant a ouvert le feu, entraînant l'intervention du GIGN. L'officier, qui avait laissé allumé son téléphone pour que les forces de sécurité puissent entendre, a été grièvement blessé, a dit Gérard Collomb.

Le Parquet a indiqué avoir "ouvert une enquête du chef d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste et tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste, séquestrations sous conditions en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroristes criminelle".

Selon des témoins, il aurait crié "je suis un soldat de Daesh", rapportent plusieurs médias dont BFM TV.

Peu après 15h30, la préfecture de l'Aude a levé les mesures de confinement pour les établissements scolaires de Carcassonne et Trèbes, dont une école située à 600 mètres du Super U.

https://twitter.com/Prefet11/status/977192930954960897

Un numéro d'information a été mis en place pour les personnes concernées par les événements en cours à Trèbes: 

Avant Trèbes, le dernier attentat en France a eu lieu le 1er octobre 2017 à la gare de Saint-Charles à Marseille: deux femmes de 17 et 20 ans ont été tuées sur l'esplanade de la gare par un ressortissant tunisien de 29 ans, qui aurait crié "Allah Akbar". L'assaillant avait été abattu de deux balles par un militaire de l'opération Sentinelle.

VIDEO: On vous explique pourquoi l'atterrissage sur Mars est assez dangereux et compliqué