Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Prix, date, programmes... Ce qu'on sait déjà sur Salto, la plateforme de TF1, France TV et M6

Prix, date, programmes... Ce qu'on sait déjà sur Salto, la plateforme de TF1, France TV et M6
© La page d'accueil du site de Salto. Capture d'écran

Entre l'annonce du projet, l'autorisation de l'Autorité de la concurrence et le travail des équipes, il aura donc fallu deux ans à TF1, France Télévision et M6 pour lancer leur propre service de streaming, sur un marché déjà bien occupé dans l'Hexagone par Netflix, Amazon Prime Video, My Canal, OCS et bientôt Disney+. Salto sera lancé le 3 juin prochain a annoncé au Figaro le directeur général de la plateforme de télévision à la demande par abonnement. "Le coup d’envoi de Salto sera donné le 3 juin prochain pour un lancement test", explique le dirigeant. L'été servira à apporter corrections et modifications. La réelle campagne de recrutement de Salto débutera donc en septembre.

L'objectif affiché : s'unir pour lutter contre la concurrence des géants du streaming, Netflix en tête. Salto estime qu'il existe encore une part du marché importante à conquérir face aux 7 millions d'abonnés de Netflix. "Le lancement de Salto constituera une avancée majeure pour le secteur audiovisuel français, qui fait face à la concurrence frontale des plateformes internationales", précisait à l'été 2019 un communiqué commun des trois groupes médias. "Les Groupes France Télévisions, M6 et TF1 conjugueront en effet leurs forces et proposeront une réponse locale ambitieuse aux nouvelles attentes du public, tout en renforçant davantage encore leur participation active à la création française et européenne." Mais Netflix n'a pas attendu Salto pour travailler avec la création française : la scénariste Fanny Herrero prépare une série en six épisodes pour Netflix qui suivra "le quotidien de quatre jeunes comédiens essayant de se faire une place sur la scène du stand-up parisien".

Plutôt que d'un Netflix à la française, Salto devrait davantage se rapprocher d'un Hulu version tricolore. En effet, comme le service créé en 2007 aux Etats-Unis par plusieurs grandes chaînes, Salto comportera deux formules d'abonnements, selon les informations rapportées par Le Monde dès juin 2018.

Voici ce que devrait contenir chacune de ces formules :

Un premier abonnement pour accéder à toutes les chaînes des 3 groupes en direct et aux programmes en replay

"Quotidien", l'émission de TMC, devrait en toute logique être disponible en replay sur Salto. Capture d'écran YouTube

Thomas Follin a précisé que le prix sera compris "entre 5 et moins de 10 euros", sans préciser comment les offres se répartiraient. La première offre pourrait coûter entre 2 et 5 euros par mois, estimait Le Monde il y a quelques mois. Elle permettrait d'accéder à toutes les chaînes gratuites éditées par les trois groupes. Elles sont au nombre de 14 : TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films, LCI, France 2, France 3, France 4, France 5, France O, France Info, M6, W9 et 6Ter.

Le groupe M6 vient également de racheter Gulli — une opération qui sera effective en septembre — qui devrait logiquement intégrer l'offre elle aussi.

Les abonnés à cette offre de Salto pourront aussi retrouver les programmes de ces chaînes en replay, avec des services "premium" comme la disponibilité des programmes plus d'une semaine après la diffusion, des avant-premières, ou encore la possibilité de reprendre du début un programme en cours. Rien n'indique pour l'instant si ces programmes en replay seront accompagnés de publicité ou non.

Ces services "premium" sont déjà disponibles sur la plupart des box des opérateurs. Il ne s'agit là pas d'une nouveauté. En revanche, Salto les rendra accessible sur mobile, tablette, ordinateurs et télés connectées.

L'Autorité de la concurrence veille à ce que les chaînes et services de replay des trois groupes restent accessibles ailleurs que sur Salto — sur les box des opérateurs ou sur les plateformes telles que Molotov ou MyCanal. Salto discute avec Altice, Bouygues (propriétaire de TF1, ndlr) et Orange pour être distribué. Free n'a pas été cité. Pour permettre à Salto de se différencier, la plateforme pourra tout de même "bénéficier d'exclusivités temporaires pour des services et fonctionnalités dont elle serait elle-même à l'initiative".

Un second abonnement pour accéder à un catalogue de programmes à la demande en illimité

"Dix pour cent", actuellement disponible sur Netflix, pourrait arriver sur Salto, mais peut être pas en exclusivité. Capture d'écran YouTube

Cette deuxième offre pourrait coûter entre 7 et 8 euros par mois selon Le Monde. Elle permettra d'accéder en illimité à un catalogue de programme à la demande (séries, films, documentaires, dessins animés, information et divertissement), sans publicité. Rien n'indique, pour l'instant, si cette offre inclura aussi les services du premier abonnement, mais on imagine mal le contraire.

Salto devrait permettre à ses abonnés de créer des comptes collectifs : "couple", "amis" ou "famille", "alimentés par des contenus susceptibles de réunir tout le monde", écrit Le Figaro. Les recommandations de contenus ne seront pas réalisées par des seuls algorithmes, promet Thomas Follin, mais aussi par des humains. "Nous allons recruter des programmateurs très éclectiques, des personnalités, des influenceurs, qui feront leurs propres recommandations. Il s’agit de sortir de la standardisation dans laquelle nous enferment les algorithmes", assure le dirigeant.

15 000 heures de programmes

YouTube/France 3 Hauts-de-France

C'est à travers cette deuxième offre que Salto se retrouve en concurrence frontale avec Netflix. Thomas Follin avance qu'au démarrage "Salto proposera 15.000 heures de programmes", avant de monter à 20 000 heures. "Nous intégrerons ainsi plusieurs programmes inédits chaque mois." Séries, cinéma, documentaires, télé-réalité, contenus jeunesse, divertissements, magazines d'information… "La plateforme a été pensée exclusivement pour un public français, avec des contenus sélectionnés en fonction de ses goûts. Salto sera la plus grande fenêtre d'exposition de la création française audiovisuelle". Mais pas que : les trois groupes ne s'interdisent pas d'acheter des fictions étrangères.

Si on peut penser que toutes les séries diffusées par TF1, France TV et M6 arriveront ensuite sur Salto, en réalité ce sera loin d'être le cas. En effet, les droits de diffusion de ces programmes appartiennent à leur producteur et non à la chaîne qui les diffuse. C'est pourquoi on peut voir aujourd'hui les trois saisons de "Dix pour cent" sur Netflix, ou les épisodes de "Demain nous appartient" sur Amazon Prime Video.

Salto regroupant trois des principaux acheteurs de productions françaises, l'Autorité de la concurrence et les trois groupes se sont mis d'accord sur plusieurs limitations afin de ne pas porter préjudice aux concurrents et aux ayant-droits. Ainsi, TF1, France TV et M6 devront "limiter leurs possibilités d'achats couplés de droits" pour leurs chaînes et Salto. Ce qui signifie que Salto va devoir sortir le carnet de chèques de son côté pour acquérir des droits de diffusion.

De plus, "la capacité d'approvisionnement en contenus exclusifs de Salto auprès de ses sociétés-mères sera limitée". Cela veut dire que les chaînes ne pourront pas réserver toutes leurs créations originales pour Salto uniquement. Des séries de TF1, France TV ou M6 pourraient donc toujours se trouver sur Netflix ou Amazon à l'avenir.

Business Insider