Les Millennials et les Xennials épargnent plus que leurs aînés — mais ils financent peu l’économie réelle

Joueurs de Monopoly. Pixabay/lucasdj

Les jeunes générations présentent des profils d'investisseurs différenciants comparé aux générations précédentes.

C'est ce qui ressort de la deuxième édition de l'étude "Les Millennials et Xennials et l'investissement en entreprise", publiée le 20 novembre 2018. 

Commandée par Air Liquide et Actionaria auprès du service d'études d'Infopro Digital, elle analyse le comportement d'épargne de 1001 Millennials et Xennials, âgés respectivement de 25 à 34 ans et de 35 à 41 ans, résidant en France métropolitaine et représentatifs de la population, via un questionnaire auto-administré en ligne, du 4 au 11 octobre 2018.

Deux paradoxes sont mis en lumière par cette étude.

Une épargne de long terme, mais sur des supports peu rémunérateurs

Premièrement, il apparaît que ces deux générations épargnent en vue de mener à bien des projets de moyen ou long terme. Le premier objectif évoqué est de pouvoir se créer un patrimoine (76% des répondants), viennent ensuite la volonté de préparer l'avenir de ses enfants et de préparer sa retraite (75% chacun). Les jeunes interrogés épargnent également pour voyager (73%), acheter leur résidence principale (72%), percevoir des intérêts sur l'argent épargné (66%) ou encore se marier ou fonder une famille (56%). 

"Pour autant, quel que soit l'horizon d’investissement, les 25-41 ans privilégient en grande majorité des produits d'épargne peu rémunérateurs et traditionnellement associés à des placements de court terme (Livrets d’épargne, épargne logement...)", constatent les auteurs de l'étude.

Un comportement inhabituel car les investisseurs ont plutôt tendance à adapter leurs placements en fonction de leur horizon d'épargne, avec des Livrets d'épargne pour le court terme et des investissements boursiers ou des assurances-vie dans une optique long terme.

Un faible financement des entreprises, même celles à même de relever les défis de la société

Deuxièmement, l'étude révèle que ces générations se sentent très concernées par les défis sociétaux et sont convaincues du rôle clé de l'innovation pour relever ces défis. Toutefois, elles n'assimilent pas leur épargne à un moyen de financer les innovations qu'elles jugent utiles pour la société, ni plus largement à un moyen de soutenir l'économie réelle. Et elles se montrent peu enclines à placer leur épargne en actions auprès des entreprises. 

Seuls 44% des Millennials et Xennials se disent prêts à investir dans l'économie réelle, contre 79% pour l'ensemble des investisseurs tous âges confondus. En revanche, ils sont particulièrement sensibles à l'engagement des entreprises pour le bien-être de leurs salariés (46 %) et la préservation de l'environnement (34 %), critères qui pourraient influencer leur décision d'investissement et pourraient les pousser à financer des entreprises engagées et responsables.

L'enjeu financier est important pour les entreprises en quête d'investisseurs car les 25-41 ans sont de grands épargnants. En 2017, la première édition de l'étude consacrée à leur épargne montrait que plus des deux tiers des Millennials et des Xennials mettent de l'argent de côté chaque mois, en général plus de 6% de leurs revenus. Ils sont plus des trois quart a avoir un ou plusieurs livrets d'épargne, mais seuls 16% ont déjà investi dans une entreprise.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le patron d'une startup qui a inventé la cave interactive du nouveau concept store de Casino explique comment vendre du vin aux millennials

VIDEO: Voici l’ultime sandwich pour vos barbecues entre amis — c’est le mélange parfait entre un hotdog et un hamburger