Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

'Project Power' sur Netflix : le scénariste explique la fin et pourquoi il veut parler de Black Lives Matter dans la suite

'Project Power' sur Netflix : le scénariste explique la fin et pourquoi il veut parler de Black Lives Matter dans la suite
Jamie Foxx dans "Project Power". © Netflix

Attention, cet article contient des spoilers, il révèle la fin du film "Project Powder". A la fin palpitante du film d'action "Project Power", disponible sur Netflix, on voit le "Major" (Jamie Foxx), Frank (Joseph Gordon-Levitt) et Robin (Dominique Fishback) réussir à empêcher la distribution de la drogue Power dans tout le pays et à sauver Tracy, la fille du Major. Tout cela s'est fait de manière spectaculaire grâce au Major qui a libéré sa superpuissance après avoir pris la drogue, ce qui a déclenché un incendie qui a incinéré tous ceux qui se trouvaient sur son chemin.

Dans l'épilogue, les trois partent chacun de leur côté. Frank laisse entendre à la presse qu'il va abandonner le trafic de drogue du Project Power, Robin retourne au camion du Major et ramène tout l'argent du coffre à sa mère, tandis que le Major s'en va avec Tracy en espérant commencer une nouvelle vie, sans avoir à regarder par-dessus son épaule. On peut se dire que "tout est bien qui finit bien". Même lorsque Frank demande au Major si tout cela est vraiment terminé, le Major répond : "Pour moi, ça l'est".

Mais est-ce vraiment fini ?

Joseph Gordon-Levitt dans "Project Power". Netflix

"Project Power" donne l'impression que Netflix aimerait certainement voir ce film évoluer en franchise. L'histoire est celle d'une drogue qui vous permet de posséder un superpouvoir pendant cinq minutes, bien que l'on ne sache pas quel sera ce pouvoir tant que vous ne l'aurez pas prise. La lutte du bien contre le mal, alors que les gens se battent pour la drogue, semble pouvoir être racontée dans d'innombrables films, peu importe si Netflix peut obtenir le retour des acteurs Jamie Foxx, Joseph Gordon-Levitt ou Dominique Fishback.

Le scénariste Mattson Tomlin, qui a eu l'idée du film et l'a vendu à Netflix, est également d'accord. Mais il affirme qu'avec "Project Power", lui et les réalisateurs Henry Joost et Ariel Schulman ne pensaient pas tellement à la franchise et se concentraient davantage sur la réalisation du film — en particulier la fin.

"Il n'y a jamais eu un moment où nous avons pensé que nous allions imaginer une fin qui nous oblige à faire quelque chose à l'avenir", déclare Mattson Tomlin à Insider, admettant qu'il était juste que le "Major" puisse s'envoler vers le coucher du soleil à la fin. "J'ai certainement écrit beaucoup de fins différentes. L'objectif était de raconter l'histoire et de la terminer sur la bonne note."

Mais maintenant que le film est sorti, Mattson Tomlin ne peut pas s'empêcher de penser à la façon dont l'histoire pourrait avancer. Il ajoute qu'il avait "une longue liste de pouvoirs qui n'ont pas été retenus" dans le film. "Il y a un certain nombre de choses dans ma poche arrière que je suis vraiment excité d'explorer et de jouer avec", dit-il à propos des super-pouvoirs.

Par exemple, l'origine des superpouvoirs. Dans "Project Power", la drogue Power est dérivée des capacités des animaux. "Ce n'est pas parce que le premier film est issu du monde animal que nous ne pouvons pas évoluer et aller vers des idées plus trippantes", a-t-il déclaré. "Je pense qu'il y a beaucoup à explorer sur ce créneau."

Jamie Foxx et Dominique Fishback dans "Project Power". Netflix

Mattson Tomlin pense également que toute suite du film devrait parler du monde dans lequel nous vivons actuellement, en particulier Black Lives Matter et les mouvements sociaux qui en découlent. "Ce qui m'intéresse en tant que scénariste, c'est de savoir comment faire une grande histoire de science-fiction sur quelque chose de réel et la faire résonner avec quelque chose qui se passe réellement", raconte-t-il.

Dans "Project Power", c'est évident le fait que le film se déroule à la Nouvelle-Orléans. Tout au long du film, plusieurs moments montrent comment la ville se remet encore des ravages de l'ouragan Katrina de 2005.

"Faire un film est si difficile que vous voulez vraiment qu'il dise quelque chose", précise Mattson Tomlin. "Pour moi, ce film a une véritable résonance politique et traite de ce qui se passe dans ce pays et des structures de pouvoir qui laissent tomber les gens. Alors oui, des sujets comme Black Lives Matter méritent d'être explorés si nous avons la chance de faire une suite".

Version originale : Jason Guerrasio/INSIDER

A lire aussi — Les 6 films Netflix qui ont coûté le plus cher à produire

Découvrir plus d'articles sur :