Le ministre de l'Economie italien Giovanni Tria, lors d'une conférence de presse commune avec le Commissaire européen à l'Economie Pierre Moscovici, à Rome, en Italie, le 18 octobre 2018. REUTERS/Max Rossi

Le gouvernement italien a laissé inchangé ses perspectives de croissance, mercredi 14 novembre 2018, et a confirmé son objectif de budget de 2,4% en 2019, contre 1,8% attendu cette année, en dépit de l'ultimatum de la Commission européenne pour que soient respectées les règles budgétaires européennes.

Rome s'expose ainsi à une "procédure pour déficit excessif", pouvant entraîner des sanctions financières.

Le marché obligataire a vite réagi à cette information. Le rendement des obligations italiennes s'inscrivait en net progression mercredi matin. Et le spread Italie-Allemagne à dix ans a aussi fortement augmenté, atteignant 314 points de base, soit son plus haut niveau depuis deux semaines et demi, après avoir atteint un sommet remontant à cinq ans et demi le 19 octobre dernier.

Qu'est-ce que le spread?

En anglais, et dans un contexte financier, le terme "spread" désigne l'écart, la différence, entre deux références.

Ici, le marché et les opérateurs boursiers s'inquiètent de l'écart entre deux taux: celui auquel l'Allemagne emprunte sur les marchés à dix ans et le taux auquel l'Italie emprunte sur la même durée. 

La différence entre ces deux taux souverains, deux pourcentages, est exprimée en points.

Pourquoi le taux allemand sert de référence?

Quand le taux des emprunts d'un Etat (taux obligataire) s'accroît, le spread suit bien souvent le même mouvement et augmente, car le taux de référence, en l'occurence celui des obligations allemandes (Bund), reste en général relativement stable dans le même temps. 

Le Bund est souvent pris comme référence pour calculer le spread des obligations de la zone euro, car les obligations émises par l'Allemagne sont réputées peu risquées du fait du poids de la première économie d'Europe et de la bonne tenue de ses comptes publics. Autrement dit, les investisseurs ont confiance dans la dette allemande.

Que montre cet indicateur?

Le spread est un indicateur de la perception du risque par les investisseurs concernant un pays. Plus il augmente, plus cela signifie que le marché s'inquiète de la capacité d'un Etat à rembourser ses emprunts. 

Quand la confiance baisse concernant un pays, les taux auxquels il emprunte progressent, ce qui entraîne une hausse mécanique du spread.

Le spread, comme le déficit budgétaire, les recettes fiscales ou la stabilité politique, fait partie des indicateurs très suivis par les marchés pour se faire une idée de la santé financière d'un Etat.

Le taux à dix ans est généralement retenu parce qu'il incarne le long terme.

Quelles conséquences son augmentation a-t-elle?

Quand le spread augmente, l'Etat doit emprunter à un taux plus élevé qu'auparavant. Pour se refinancer, il est donc contraint de payer plus cher, ce qui pèse sur ses finances et peut entraîner une spirale négative.

En effet, des emprunts plus coûteux favorisent un creusement du déficit budgétaire susceptible d'inquiéter les investisseurs, qui pourront alors exiger un taux (un rendement) encore plus élevé pour prêter de l'argent au pays et risqueront donc d'aggraver encore un peu plus son déficit. Le spread continuera de grimper dans le même temps.

A l'inverse, un pays comme l'Allemagne, dont les finances publiques rassurent, peut emprunter à des taux très bas. En d'autres termes, on prête moins cher aux riches.

Les agences de notation, dont les trois principales sont Standard and Poor's, Moody's et Fitch Ratings, notent les dettes des Etats et peuvent grandement influencer l'évolution du rendement des obligations, et donc du spread.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le secteur bancaire chute en Italie mais aussi en France après la présentation du budget italien

VIDÉO: On a visité le nouvel Apple Store des Champs-Élysées