Le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron dit qu'Alexandre Benalla disposait d'une 'voiture de service' et non d'un véhicule de fonction — voici la différence

Patrick Strzoda, directeur de cabinet du président de la République, avant son audition à l'Assemblée nationale, le 24 juillet 2018. REUTERS/Philippe Wojazer

Patrick Strzoda, le directeur de cabinet du président de la République, était auditionné par la commission d'enquête sur l'affaire Benalla à l'Assemblée nationale, ce mardi 24 juillet après-midi. 

A cette occasion, il a démenti que l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, filmé en train de violenter des manifestants à Paris le 1er mai, disposait d'une voiture de fonction, comme rapporté par la presse. L'équipement de cette dernière —  "un gyrophare 2 tons" selon Le Parisien, "toutes options avec chauffeur" ajoute Le Figaro — suscitait des interrogations.

Selon Patrick Strzoda, il s'agissait en réalité d'une "voiture de service du parc de l'Elysée". "Les missions qui étaient confiées à monsieur Benalla justifiaient ces moyens de fonctionnement", a-t-il ajouté.

Qu'est-ce qui distingue une voiture de service de la voiture de fonction? 

L'association de lutte contre la corruption et pour l'éthique en politique Anticor détaille la nuance

"Le véhicule de fonction est mis à la disposition de l'agent de façon permanente et exclusive pour l'exercice de sa fonction. Donc même en dehors des heures et des jours de service et des besoins de ses différentes missions. (...) Une voiture de fonction constitue un avantage en nature donnant lieu à imposition et à cotisations sociales."

A l'inverse: 

"Le véhicule de service est (...) utilisé pour les besoins du service, donc pendant les heures et les jours de travail. Il est donc subordonné à une autorisation préalable de la collectivité. Lorsque le parc automobile est conséquent, il peut y avoir une autorisation de remisage à domicile."

A noter qu'à l'été 2017, quand le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin dévoilait son projet pour réduire le train de vie de l'Etat, juste après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, il avait suggéré de baisser le coût du parc des voitures dans tous les ministères.

Le parc automobile de l'État et de ses établissements publics est composé d'environ 65.000 véhicules légers, représentant un coût annuel global d'environ 600 millions d'euros. Le parc automobile de l'Elysée compterait 68 véhicules.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Affaire Benalla: Elysée, Beauvau, Préfecture de police — qui a découvert la vidéo et quand

VIDEO: Le DG de Microsoft explique pourquoi les gouvernements ne doivent pas utiliser les failles logicielles comme armes