'Qui veut être mon associé ?' : la créatrice de Constant et Zoé marque le lancement du nouveau concours de M6 destiné aux entrepreneurs

Sarah Da Silva Gomes a ému les membres du jury de 'Qui veut être mon associé' avec son projet de vêtements pour personnes en situation de handicap.

Après les concours de chanteurs, de danseurs et de chefs, M6 décline le concept au monde des entreprises avec le lancement ce mardi 14 janvier à 21h05 de l'émission "Qui veut être mon associé ?". C'est la 40e déclinaison internationale du format original "Tigers of Money / Money Tigers", créé eu Japon en 2001, et démocratisé dans le monde par la BBC sous le nom de "Dragon's Den" et par ABC, aux États-Unis, avec "Shark Tank". Sur plusieurs semaines, les téléspectateurs suivront 35 entrepreneurs présentant leurs projets à un jury de six investisseurs français qui pourront décider de soutenir financièrement, seuls ou à plusieurs, au capital de l'entreprise.

Les membres du jury sont des business angels assez connus du monde des startups, à l'instar de Marc Simoncini (Meetic, Angell.bike), Frédéric Mazzella (BlaBlaCar), Eric Larchevêque (Ledger) ou encore Catherine Barba (Cashstore). Business Insider France a pu regarder en avant-premier le premier épisode diffusé ce soir. On y retrouve les traditionnelles recettes utilisées par M6 dans ses programmes de divertissement — voix off et musiques d'ambiance — avec le risque de créer de faux suspense ou de surjouer l'émotion. Parmi les sept porteurs de projets qui passent au moulinet des remarques, commentaires et conseils des entrepreneurs, deux se démarquent réellement auprès du jury, avec des produits que vous pouvez acheter en ligne.

A lire aussi — Comment les chaînes TV diffuseront de la publicité qui vous cible sans que vous le sachiez

Des vêtements pour faciliter l'habillage des personnes handicapées 

Sans révéler l'issue finale, on peut déjà vous dire que Sarah Da Silva Gomes, qui avait besoin de 200 000 euros pour se développer, a marqué les esprits et ému les membres du jury par sa détermination. "On est touché car vous êtes lumineuse", a ainsi lâché Catherine Barba. A 29 ans, Sarah Da Silva Gomes a créé près de Lyon la société Constant & Zoé, une marque de vêtements pour faciliter l'habillage des personnes handicapées pour lesquelles il est parfois impossible de faire des gestes simples comme enfiler la manche d'un pull. Comme souvent, c'est en partant d'une situation personnelle que la jeune femme a eu l'idée de créer son entreprise : elle a grandi auprès de son jeune frère Constant, 26 ans, polyhandicapé. Elle a ainsi découvert qu'il n'existait pas ou très peu de fabricants de vêtements "jolis et pas médicaux" pour ces personnes.

Il y a cinq ans, Sara Da Silva Gomes a lancé une collection de vêtements unisexe que l'on peut acheter en ligne. D'ici trois ans, elle affiche l'ambition d'habiller 40 000 personnes. Aux remarques sur la progression limitée de son chiffre d'affaires (200 000 euros en 2019) via des ventes éphémères dans des établissements spécialisés, elle a ému ses interlocuteurs par sa capacité à démontrer l'intérêt social de son projet —celui de "réconcilier business et handicap" comme elle l'explique, en simplifiant la vie des 9,6 millions de personnes handicapées mais aussi de leurs 8 millions d'aidants.

Pour l'instant, Constant & Zoé propose des polos, couvres jambes, ponchos, moufles, sweats, tee-shirts ou pantalons qui se veulent les plus pratiques à enfiler avec leurs matières souples et leurs ouvertures originales. Si vous êtes intéressés, sachez qu'il vous faudra débourser 30 euros pour une écharpe, 59 euros pour un polo, 65 euros pour un couvre jambes ou 65 euros pour un poncho.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Amazon Channels est disponible en France, voici les chaînes auxquelles vous pouvez vous abonner

VIDÉO: Ce petit four à énergie solaire va égayer vos sorties camping