Les experts mondiaux du climat viennent de publier un rapport alarmant sur le réchauffement climatique — voici les mesures qu'ils préconisent pour tenter de sauver la planète

Les experts mondiaux du climat viennent de publier un rapport alarmant sur le réchauffement climatique — voici les mesures qu'ils préconisent pour tenter de sauver la planète

REUTERS/Wolfgang Rattay

Les scientifiques du Giec —  le Groupe international d'experts sur l'évolution du climat mandaté par l'ONU — tirent à nouveau la sonnette d'alarme concernant le réchauffement climatique, dans leur dernier rapport de 400 pages publié ce lundi 8 octobre 2018.

Ils affirment que les températures moyennes devraient probablement augmenter de 1,5°C entre 2030 et 2052, si le réchauffement climatique se poursuit au même rythme, sous l'effet des émissions de gaz à effet de serre, et si des mesures rapides et concrètes ne sont pas mises en place d'ici là.

Ils ajoutent qu'une hausse des températures moyennes de 1,5°C aurait déjà des conséquences non négligeables pour la nature et l'humanité, mais ne pas dépasser ce seuil permettrait au moins de sauver notre planète. 

Pour contenir le réchauffement climatique à 1,5°C, il faudra notamment que les émissions de CO2 — principal gaz à effet de serre — diminuent d'environ 45 % d'ici 2030 par rapport au niveau de 2010 et qu'elles atteignent le "point zéro" — la neutralité carbone — entre 2045 et 2055 , selon le Giec. 

Ainsi, les scientifiques préconisent "la mise en oeuvre d'outils de transition rapides et à longue portée dans l'énergie, l'agriculture, les villes, les infrastructures et l'industrie". 

Voici les pistes citées par les experts du climat pour y parvenir:

  • les énergies renouvelables — fournies par le vent, le soleil — qui représentent aujourd'hui 25 % de la production d'électricité mondiale, devront monter à 70-85 % d'ici 2050;
  • développer les techniques de capture et de stockage de carbone (plantation de forêts qui capturent le carbone via la photosynthèse);
  • ou encore la reconversion de 1 à 7 millions de kilomètres carrés de surfaces de pâturages et de cultures pour produire de l'énergie. 

Mais pour tout cela, les Etats devront également investir beaucoup d'argent. Le Giec avance ainsi le chiffre d'environ 2400 milliards de dollars par an entre 2016 et 2035 pour pouvoir changer le modèle énergétique actuel. Cela correspond à environ "2,5% du PIB mondial, note le rapport du Giec. 

Les Etats signataires de l'accord de Paris sur le climat se sont engagés à contenir d'ici 2100 la réchauffement climatique "bien en-dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels" et si possible de viser à "poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5°C". Les Etats-Unis et la Syrie sont les deux pays non-signataires de l'accord international sur le climat. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 7 fonds de pension publics du monde les plus engagés sur le climat

VIDEO: Cet artiste japonais maîtrise la technique du Sometsuke à la perfection — sa précision défie toute concurrence

Contenu Sponsorisé

Voici les trois catégories dans lesquelles E.Leclerc souhaite encourager l'innovation

  1. jonh doe

    LA PLANETE N'A PAS BESOIN DÊTRE SAUVEE! c'est nous que nous devons sauver! tant que l'on parlera de sauvez "la planete", la plupart des gens ne se sentiront meme pas concernes....

    • Marchal

      Exact , la nature n'a que faire du devenir de l'homme .
      L'incantation de " sauvons la planète " cache l'effroi d'une prise de conscience de l'espèce dominante
      qui se trouve à l'apogée de son développement invasif et incontrôlable , le déclin se profile ainsi qu'une disparition programmée ... la dure loi de mère nature .

Laisser un commentaire