Javier Baez (9), des Chicago Cubs, trébuche au-dessus d'Adam Frazier (26) de Pittsburgh Pirates, le 18 juin 2017. Charles LeClaire-USA TODAY Sports

La RATP vient de participer à la levée de fonds de 1,4 millions d'euros de la startup spécialisée dans le covoiturage domicile-travail, WayzUp.

ViaID, le véhicule financier de Mobivia (Norauto), qui a soutenu Drivy, fait également partie de ce deuxième tour de table.

Après une prise de participation dans Communauto Paris en mai, filiale française de la startup canadienne positionnée sur l'auto-partage, la RATP affine sa thèse d'investissement — celle de startups complémentaires de ses métiers, dans les solutions de transport, les services urbains et la relation client.

Avec WayzUp, elle vient directement concurrencer iDvroom (SNCF) et la nouvelle offre de BlaBlaCar, qui a annoncé le lancement de BlaBlaLines pour des trajets domicile-travail sur un rayon d'environ 50 km. 

Ironie de l'histoire, la RATP, aujourd'hui concurrente, a regardé le dossier BlaBlaCar dans le passé — sans donner suite.

"Nous n'avions pas vu de convergence avec leur activité de trajets longue distance, non urbains", confie, sans préciser de date, Valère Pelletier, directeur du développement et du digital au sein du groupe RATP interrogé par Business Insider France, 

Capture d'écran application WayzUp.

Avant d'investir dans WayzUp, la RATP avait déjà tenté l'expérience du covoiturage courte distance en 2015 avec l'appli Sharette — fermée l'an dernier — sans pour autant mettre d'argent au capital.

"L'expérience Sharette nous a appris qu'il fallait atteindre une masse critique rapidement car le succès appelle le succès. Or c'est très coûteux et ça prend du temps. Avec 65.000 clients,WayzUp a atteint un palier fondamental", expliqueValère Pelletier.

WayzUp a construit sa base d'utilisateurs en persuadant 60 entreprises, représentant 65.000 salariés, en région parisienne, à Lille ou encore en Haute-Savoie, de promouvoir son application mobile auprès de leurs employés.

La RATP réfléchit à l'intégration du service dans son application parisienne. Les deux sociétés feront d'ores et déjà des offres communes à destination des collectivités locales d'ici la fin de l'année.

L'entreprise publique a réalisé cet investissement à travers sa filiale dédiée aux startups, RATP Capital Innovation, créée en début d'année.

La régie des transports franciliens se lance prudemment: elle a dégagé une enveloppe de 15 millions d'euros dont une partie a déjà été utilisée pour alimenter le fonds de 50 millions d'euros de Paris Saclay aux côtés d'une dizaines de groupes (BNP Paribas, Chanel, Cisco, Econocom, EDF, Groupama, JCDecaux Holding, Orange et le groupe Société Générale).

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il y a 3 raisons pour AXA, la SNCF ou Orange d'investir au moins 500.000 € dans une startup

VIDEO: Voici ce qu'il se produit vraiment lorsque vous craquez vos doigts