Les marchés traversent des turbulences alors que la crise politique en Italie s'aggrave

Reuters/David Gray

  • Les marchés sont secoués par l'aggravation de la crise politique en Italie.
  • Les obligations italiennes se vendent rapidement, tandis que la demande pour des valeurs refuges comme les bons du Trésor américain et les Bunds allemands augmente.
  • Les actions subissent aussi un coup de bambou, avec de grosses pertes chez les valeurs bancaires.

La crise politique qui s'aggrave en Italie, troisième puissance économique de la zone euro, fait des ravages sur les marchés mardi, alors que les actifs de tous les secteurs s'effondrent devant les craintes de nouvelles turbulences dans la zone de la monnaie unique.

Les obligations du gouvernement italien — connues sous le nom de BTP — sont la victime la plus évidente de l'incertitude politique, se vendant brusquement alors que les investisseurs cherchent à déplacer leur argent de la nation en difficulté vers des actifs plus sûrs. Le BTP de référence à 10 ans a vu son rendement augmenter de 16% à 3,118% mardi. Un niveau record inédit depuis 2014.

N'oubliez pas que les rendements obligataires évoluent à l'inverse des prix, de sorte que les rendements augmentent pendant les ventes, à mesure que les investisseurs se voient offrir un meilleur rendement pour le risque supplémentaire qu'ils prennent.

Les rendements de la dette à deux ans de l'Italie ont augmenté de près de 50 points de base du jour au lendemain — la plus forte hausse en une journée depuis 2012, au plus fort de la crise de la zone euro. Ils ont continué d'augmenter pour atteindre 2,274%, soit leur plus haut niveau depuis 2013.

En dehors de l'Italie, les bons du Trésor américain — le marché obligataire le plus profond et le plus liquide du monde — ont vu les rendements chuter fortement alors que les investisseurs cherchent à placer leur argent dans un endroit un peu plus sûr. Le rendement du benchmark US 10 ans est en baisse à environ 2,87%.

Les obligations européennes refuges voient également les rendements chuter, avec le Bund allemand à 10 ans en baisse de 14% à 0,29%.

Les marchés obligataires ne sont pas le seul endroit où il y a de grands mouvements négatifs, les actions subissant également un coup de bambou mardi. Les principales bourses européennes sont toutes en baisse de plus de 1%, tandis que le FTSE MIB de l'Italie est inférieur de près de 3%.

Le secteur bancaire européen sort particulièrement du lot, où les créanciers se font assommer. L'indice bancaire Euro Stoxx a chuté de 4,6%, avec de nombreuses baisses importantes des valeurs bancaires.

Voici les principaux indicateurs:

  • Deutsche Bank — en baisse de 4,5%.
  • Commerzbank — en baisse de 3,9%.
  • Unicredit — en baisse de 6,6%.
  • BNP Paribas — en baisse de 4,3 %.
  • Crédit Agricole — en baisse de 4,2%.
  • RBS — en baisse de 3,7%.
  • Barclays — en baisse de 3%.

L'euro a également souffert de l'incertitude mardi, perdant plus de 0,5% par rapport au dollar en début d'après-midi. L'euro est en baisse de près de 4% par rapport au dollar cette année.

Les marchés ont tendance à être très sensibles aux évolutions liées à la sortie de l'euro, de sorte que certains des mouvements de mardi peuvent être une réaction spontanée, mais il est certain qu'une crise est en train de se préparer tant politiquement qu'économiquement.

Les analystes de la banque d'investissement australienne Macquarie, cependant, ont exhorté au calme pour le moment.

"Alors que nous voyons une pression du marché à court terme, nous ne pensons pas que les événements actuels sont suffisants pour faire dérailler la reprise économique (l'activité a été désensibilisée aux chocs politiques au cours de la dernière décennie), ce qui suggère que les marchés présenteront bientôt une opportunité d'achat", a écrit une équipe dirigée par Ric Deverell.

Cependant, Deverell et ses associés ont clairement indiqué que les choses pouvaient s'aggraver. "Une victoire des partis populistes dans une nouvelle élection, bien que loin d'être assurée, pourrait déclencher un substantiel événement à risque", écrivent-ils.

Version originale: Will Martin/Business Insider UK

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: On vous présente Mateo Salvini, le leader d'extrême droite qui s'inspire de Marine Le Pen, pose torse nu dans la presse et pourrait devenir le prochain premier ministre italien

VIDEO: Un fervent utilisateur de Mac passe au PC — voici ses impressions