Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Reddit, YouTube et Twitch bannissent des comptes américains d'extrême droite et des pro-Trump

Reddit, YouTube et Twitch bannissent des comptes américains d'extrême droite et des pro-Trump
Steve Huffman, PDG de Reddit, Susan Wojcicki, PDG de YouTube, et Emmett Shear, PDG de Twitch. © Zach Gibson/Steve Jennings/Getty Images

Reddit, Twitch (la filiale d'Amazon), et YouTube (de Google) ont pris des mesures, lundi 29 juin, contre d'importants comptes pro-Trump et groupes d'extrême droite, ainsi que contre Donald Trump lui-même, afin de tenter de réprimer les discours de haine sur leurs plateformes. Reddit a interdit plus de 2 000 sous-reddits qui enfreignent régulièrement ses règles sur le harcèlement, les discours de haine et le ciblage, dont "r/The_Donald", un forum pro-Trump comptant plus de 790 000 utilisateurs. "La communauté a constamment hébergé et mis en ligne plus de contenus contraires aux règles que la moyenne... et ses mods (modérateurs de contenu, ndlr) ont refusé de répondre à nos attentes les plus fondamentales", a déclaré le PDG de la société, Steve Huffman, dans un article publié sur son blog, ce lundi. Ces sous-reddits (des sous parties du site consacrées à des thèmes spécifiques, ndlr) ont été interdits dans le cadre de l'application par Reddit d'une nouvelle politique interne interdisant les personnes ou sous-reddits qui "promeuvent la haine basée sur l'identité ou la vulnérabilité" ou qui ciblent "les victimes d'un événement violent majeur et leurs familles".

Twitch, une plateforme de streaming vidéo populaire auprès des joueurs, a déclaré avoir temporairement suspendu le compte officiel du président Donald Trump pour avoir violé ses règles de conduite. "Les comportements haineux ne sont pas autorisés sur Twitch", a déclaré la société dans un communiqué. "Conformément à notre politique, la chaîne du président Trump a été temporairement suspendue de Twitch pour des commentaires faits en streaming, et le contenu offensant a été retiré". Twitch a cité deux exemples de "contenu offensant" provenant du compte de Donald Trump. Le premier, lors d'un rassemblement de campagne en 2016, et le second, concernant le récent événement de campagne de Donald Trump à Tulsa, Oklahoma, ont tous deux montré le président faisant des commentaires racistes sur les Américains d'origine mexicaine.

Au même moment, YouTube a annoncé avoir banni les comptes de nombreux suprémacistes blancs célèbres pour violations des directives de YouTube en matière de discours de haine. Parmi eux figuraient David Duke, leader de longue date du Ku Klux Klan, Richard Spencer et Stefan Molyneux. "Nous avons des politiques strictes qui interdisent les discours de haine sur YouTube, et nous mettons fin à toute chaîne qui viole ces politiques de manière répétée ou flagrante", a déclaré un porte-parole de YouTube dans un communiqué fourni à Business Insider US. Un porte-parole de YouTube a expliqué à The Verge : "Après avoir mis à jour nos directives pour mieux traiter les contenus prônant le suprémacisme, nous avons constaté un pic de x5 dans les suppressions de vidéos et avons supprimé plus de 25 000 chaînes pour avoir violé nos politiques en matière de discours de haine".

Les réseaux sociaux sont confrontées à une pression croissante concernant les discours de haine

Les mesures prises par Reddit, Twitch et YouTube sont arrivées le jour même où une longue liste de grandes marques ont annoncé qu'elles mettraient en pause leur campagne publicitaire sur Facebook et sa filiale Instagram, invoquant l'inaction de l'entreprise face aux discours de haine.

Des groupes de défense des droits civils, dont la NAACP et l'Anti-Defamation League, ont appelé au boycott publicitaire, au début du mois de juin, suite au refus de Facebook de prendre des mesures contre les messages controversés de Donald Trump, dans lesquels il qualifiait ceux qui protestaient contre la mort de George Floyd de "voyous" et suggérait qu'il y aurait des violences à leur encontre. A l'époque, Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, a défendu la décision de son entreprise de ne pas étiqueter ou supprimer les messages du président américain, tandis que Twitter a qualifié les tweets du président, reprenant ces messages, d'"apologie de la violence".

Ce vendredi 26 juin, après que l'enseigne de vêtements The North Face a rejoint le boycott de Facebook, d'autres grandes marques comme Verizon, Unilever, Honda, Coca-Cola et Ben & Jerry's ont suivit le mouvement. Cette série de boycott a fait chuter l'action en Bourse du géant des réseaux sociaux et la fortune personnelle de Mark Zuckerberg. En réponse, Facebook a annoncé une série de nouvelles règles concernant les discours de haine et la désinformation, mais jusqu'à présent, ces changements ne semblent pas avoir apaisé les annonceurs.Trois jours plus tard, le boycott a pris de l'ampleur puisque Starbucks, Adidas, PepsiCo, Denny's, Diageo, Conagra Foods et Clorox ont déclaré qu'ils mettraient également en pause leurs dépenses publicitaires sur la plateforme. Certaines des entreprises ont également annoncé une pause publicitaire sur tous les réseaux sociaux, en citant le problème plus large de leur rôle dans l'amplification de la désinformation et des discours de haine.

Dans le contexte de la pandémie de coronavirus, des manifestations pour la justice raciale et des élections à venir, les réseaux sociaux sont confrontées à une pression croissante pour qu'ils se montrent plus sévères dans la modération de la désinformation et des contenus préjudiciables.

Version originale : Tyler Sonnemaker / Business Insider US. Traduit de l'anglais par Mégan Bourdon.

A lire aussi - Mark Zuckerberg perd 7 Mds$ suite au boycott de Facebook par Coca-Cola

Découvrir plus d'articles sur :