Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le refus britannique de payer la facture du Brexit à Bruxelles pourrait avoir un effet négatif inattendu sur l'UE

Le refus britannique de payer la facture du Brexit à Bruxelles pourrait avoir un effet négatif inattendu sur l'UE
© REUTERS/Yves Herman

L'agence de notation Standard & Poor's prévient que la note financière de l'Union européenne pourrait être dégradée si le Royaume-Uni refuse de payer sa facture de divorce de 60 milliards d'euros dans le cadre du Brexit.

"La notation de l'Union européenne pourrait être mise sous pression dans le cas d'un scénario négatif", indique un rapport de S&P cité par le Daily Telegraph.

"Cela est lié au fait que nos notes de l'UE sont, en partie, basées sur l'hypothèse que le Royaume-Uni va bien honorer ses obligations financières vis-à-vis de l'UE", poursuit le texte.

Le règlement de cette facture, ou son non-règlement, s'avère être actuellement l'un des principaux points d'achoppement des négociations autour du Brexit. Les cadres de l'UE tiennent non seulement à ce que le Royaume-Uni règle plus que ce dernier ne souhaiterait verser, mais insistent aussi sur le fait que tant qu'il n'y aura pas d'accord ettlement sur ce point, aucune autre discussion peut-être entamée sur le Brexit.

L'avertissement de Standard & Poor's risque de renforcer l'UE dans ces positions.

Actuellement, le Royaume-Uni se prépare à recevoir une facture de 60 milliards d'euros, qui vise à solder des dettes impayées (retraite, garanties de prêts) contractées auprès de l'UE.

Le gouvernement britannique a dit être prêt à verser une somme au bloc des 27, mais estime que le montant exigé actuellement par l'UE est trop élevé. En mars, des documents obtenus par le journal néerlandais De Volkskrant laissaient entendre que l'UE envisageait de traîner le Royaume-Uni en justice si aucun accord n'était trouvé.

Michel Barnier, principal négociateur du Brexit pour l'Union européenne, demandera au gouvernement britannique de payer la note dès que les négociations commenceront formellement, mais il se prépare aussi à ce que les négociations sur cette facture de divorce prendront jusqu'à un quart de la période ouverte par l'Article 50.

"Il pense que nous allons discuter d'argent et de droits acquis [par les citoyens expatriés jusqu'en décembre" a indiqué un haut fonctionnaire de la zone euro au Financial Times en février.

"Rien sur le commerce, rien sur l'avenir, juste le passé".

L'Union européenne a actuellement une note de AA, la deuxième meilleure note donnée par S&P. Elle a été dégradée du AAA après que le Royaume-Uni vote en faveur du Brexit.

"Après la décision des électeurs britanniques de quitter l'Union européenne, nous avons révisé notre opinion sur la cohésion européenne, que nous considérons désormais comme un facteur neutre et non plus positif", avait expliqué S&P à l'époque.

Une dégradation de la note serait un geste avant tout symbolique, mais elle pourrait aussi affecter la capacité de l'UE à emprunter de l'argent. Plus la note d'un pays est faible, plus les taux d'intérêt auxquels il emprunte sont élevés.

Il devient aussi plus difficile de trouver des entités qui sont prêtes à accorder des fonds. Néanmoins, même réduite à une note A, l'UE serait encore considérée comme ayant une "forte" capacité de rembourser ses dettes.

Version originale: Will Martin/Business Insider UK

Découvrir plus d'articles sur :