Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

'Une ironie irréelle': pourquoi les règles européennes font que les passeports bleus du Royaume-Uni seront fabriqués en France après le Brexit

'Une ironie irréelle': pourquoi les règles européennes font que les passeports bleus du Royaume-Uni seront fabriqués en France après le Brexit
© Conservative Party
  • Les passeports bleus emblématiques du Royaume-Uni étaient censés symboliser la rupture entre le Royaume-Uni et l'UE et son nouvel avenir en tant que puissance commerciale indépendante.
  • Mais on a appris que ces passeports seront fabriqués en France.
  • "Les nouveaux passeports bleus pro-Brexit étaient supposés être une déclaration d'intention et désormais, nous avons découvert qu'ils seront fabriqués par des Français et des Néerlandais. L'ironie est irréelle", a dit Eloise Todd, qui appartient à la campagne pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE, Best for Britain.
  • Les règles européennes signifient que le gouvernement britannique n'a pas le droit de faire de la discrimination en faveur des entreprises britanniques, en excluant les pays européens qui répondent aux nouveaux appels d'offres.

Les passeports bleus "emblématiques" du Royaume-Uni devaient symboliser "le retour de la puissance britannique" après le Brexit.

Mais il semblerait que ces derniers seront fabriqués en France, en raison des règles européennes applicables en matière de marchés publics.

L'entreprise britannique De La Rue devrait perdre son contrat historique pour fabriquer les passeports britanniques, selon le Sun. L'entreprise française Gemalto devrait remporter le contrat de 490 millions de livres, soit 562 millions d'euros, pour fabriquer les nouveaux passeports bleus quand ils seront lancés l'année prochaine.

Après la révélation de cette information, un porte-parole de Gemalto, en passe d'être racheté par l'équipementier Thales, a déclaré:

"Comme le processus est encore en cours et que les modalités sont confidentielles, nous ne pouvons pas faire d'autre commentaire sur le sujet à ce stade."

Le ministère de l'Intérieur britannique a annoncé en décembre dernier que le Royaume-Uni allait supprimer les passeports de couleur bordeaux en circulation depuis 1998 pour retourner à la couleur originale bleu foncé.

Ce jeudi, le patron de De La Rue — qui a été la première entreprise a fabriquer les passeports britanniques en 1915 — a invité Theresa May et la secrétaire d'Etat à l'Intérieur Amber Rudd à expliquer en personne pourquoi ce contrat avait été remporté par une entreprise étrangère.

La réponse qu'elles ont pu donner a été la suivante: la loi du traité européen, à laquelle le Royaume-Uni est toujours rattaché, comporte les principes de non-discrimination, de libre-circulation des biens et de la liberté de fournir des services.

Ce qui signifie que le gouvernement n'a pas le droit de faire de la discrimination positive en faveur des entreprises britanniques, en excluant les pays européens répondant à des nouveaux appels d'offres.

'L'ironie est irréelle'

La décision d'attribuer un contrat de 490 millions de livres à une entreprise française a été le résultat d'un "processus d'appel d'offres aveugle" où les ministres n'avaient pas la permission de voir quelle entreprise avait soumis quelle offre. Une entreprise allemande a aussi répondu à l'appel d'offres.

Beaucoup ont remarqué l'ironie que les passeports bleus — censés symboliser la rupture du Royaume-Uni avec l'UE et son nouvel avenir en tant que puissance commerciale indépendante — allaient être fabriqués dans un autre pays européen.

"Les nouveaux passeports bleus pro-Brexit étaient supposés être une déclaration d'intention et désormais, nous avons découvert qu'ils seront fabriqués par des Français et des Néerlandais. L'ironie est irréelle", a dit Eloise Todd, qui appartient à la campagne pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE, Best for Britain.

La nouvelle a rendu furieux certains militants pour le Brexit, dont l'ancienne ministre du Cabinet Priti Patel, qui a qualifié cette décision de "scandaleuse" et de "perverse". Mais le gouvernement a tout simplement suivi les règles européennes applicables en matière de marchés publics.

Cet événement résume bien le problème auquel Theresa May va devoir probablement se confronter de plus en plus à l'approche du Brexit: comment expliquer que le Royaume-Uni "reprend les commandes" en même temps qu'elle se forge en tant que puissance commerciale sous le label de "Global Britain."

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a dit: "Nous avons lancé une compétition ouverte et équitable pour s'assurer que le nouveau contrat puisse fournir un produit sécurisé et de très haute qualité et offrir le meilleur rapport qualité-prix pour les clients".

Les nouveaux passeports seront délivrés aux personnes qui renouvellent leur passeport ou celles qui en demandent un, à partir d'octobre 2019. Aucune des trois entreprises qui ont répondu à l'appel d'offres n'ont encore été informées de cette décision. Elles auront le droit de contester cette décision en justice.

Dans un tweet posté à l'heure du déjeuner, l'entreprise De La Rue a indiqué qu'elle allait se battre contre cette décision:

Version originale: Thomas Colson/Business Insider UK

Découvrir plus d'articles sur :