La Renault de Nico Hulkenberg au Grand prix du Japon, le 7 octobre 2018. REUTERS/Issei Kato

La place laissée par la défection du service Autolib à Paris ne sera pas restée libre très longtemps. Plusieurs flottes d'autopartage comme Zipcar ou Ubeeqo en ont profité pour se renforcer avant l'arrivée de Renault, dont le service est entré en service ce mercredi, Peugeot et des autres cadors du secteur.

Les grands constructeurs ont en effet décidé de s'engouffrer dans l'espace libéré par Autolib avec des modèles d'exploitation un peu différent. A Paris, tous misent sur des véhicules électriques mais les bornes de recharge, elles, sont terminées.

Plus besoin d'une place spécifique pour recharger les véhicules, la maintenance se fera la nuit, directement par l'opérateur. Les utilisateurs devront se garer sur n'importe quelle place de parking classique (en surface) où le stationnement est gratuit pendant 6h pour un véhicule électrique à Paris. Un système appelé "free float", sans espace de parking dédié. 

A l'exception de Renault, les autres tarifs ne sont pas encore connus mais la maire de Paris, Anne Hidalgo indiquait cet été que les tarifs seraient comparables à ceux pratiqués par Autolib. 

Le déploiement des flottes sera progressif mais la prime au premier arrivé sera non négligeable. Une fois avoir fait l'effort de s'inscrire sur un service et fait valider son permis de conduire, les clients sont en effet moins enclins à changer d'opérateur, surtout pour un service peu ou prou équivalent.

Voici un récapitulatif de ce qui est attendu à Paris dans les prochains mois:

Moov'in.Paris, Renault — octobre

Voiture électrique Moov'in.Paris de Renault, le 10 octobre 2018. REUTERS/Pascal Rossignol

La marque au losange a commencé mercredi la mise en service de son système d'autopartage à Paris et Clichy (Hauts-de-Seine). Baptisé "Moov'in.Paris", il est déployé en partenariat avec le loueur Ada. Dans un premier temps, 100 voitures Zoé sont à disposition, mais il est prévu que la flotte compte 200 Zoé et 20 mini-véhicules Twizy à la fin du mois d'octobre avant d'atteindre 500 véhicules d'ici la fin de l'année et 2000 dans le courant de l'année prochaine.

Les véhicules peuvent être réservés entre 5h30 et 0h30 et donc ne sont pas disponibles la nuit qui est mise à profit pour assurer la maintenance.

Côté tarif, Moov'in ne nécessite pas d'abonnement mais la minute est facturée 39 centimes avec un minimum de 10 minutes, soit 11,70 euros la demi-heure.

Free2Move, Peugeot-Citroën — novembre/décembre

Véhicule Free2Move présenté au salon de l'auto, le 3 octobre 2018. Business Insider France/Elisabeth Hu

PSA emboîte le pas à Renault et a annoncé le déploiement à compter de novembre ou décembre de son service d'autopartage "Free2Move", 500 Peugeot iOn et Citroën C-Zéro seront alors mises en circulation mais le service pourrait atteindre 2000 véhicules en 2019 ou 2020. Free2Move est déjà en service à Madrid (sous la marque eMov), Lisbonne, Wuhan (Chine) et sera déployé prochainement à Washington DC. En plus d'être un opération d'autopartage, Free2Move est également une plateforme de mobilité agrégeant les offres de plusieurs partenaires proposants voitures, scooters, vélos... L'application smartphone a déjà été téléchargée un million et demi de fois.

Côté tarif, rien n'est encore annoncé mais à Madrid, la location est à 24 centimes la minute, après s'être acquitté de 10 euros de frais d'inscription.

Car2Go, Daimler-BMW — janvier 2019

Smart de Car2Go à Amsterdam. Wikimedia commons/Brbbl

Filiale de Daimler et BMW, spécialiste allemand de l'auto-partage et déjà présent dans 25 villes, Car2Go va se lancer aussi à Paris. Il prévoit de déployer 400 smart EQ Fortwo en janvier 2019, avant d'ajouter plusieurs centaines de véhicules supplémentaires dans le courant de l'année. Leur utilisation sera facturée à la minute.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le syndicat Autolib refuse de payer 233 M€ au groupe Bolloré — et enterre de facto le système de voiture en autopartage

VIDEO: Cette assiette absorbante rend les plats moins gras