Nissan, Carlos Ghosn

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, REUTERS/Steve Marcus

Renault a annoncé mercredi la signature d'un accord pour racheter des activités françaises de R&D d'Intel dans les logiciels embarqués.

"Ce projet d'acquisition s'inscrit pleinement dans la stratégie du groupe Renault qui vise à offrir de nouveaux services connectés et à améliorer l'expérience de ses clients", a déclaré le PDG Carlos Ghosn, cité dans un communiqué.

Les ingénieurs d'Intel sont spécialisés dans les logiciels de connectivité et les solutions embarquées.

C'est un pas de plus du Français dans les voitures autonomes, segment sur lequel les constructeurs historiques font face aux géants de la tech comme Google (Waymo), Apple ou Uber.

"Leur expertise sera clef dans les domaines de la connectivité automobile et le développement de la voiture autonome, que ce soit en termes de fiabilité, de sécurité ou d'expérience client", indique Thierry Bolloré, directeur délégué à la compétitivité du Groupe Renault, dans Les Echos.

Intel compte plus de 400 salariés sur deux sites, à Toulouse et à Sophia Antipolis, près de Nice.

Avec cette opération, Renault souhaite également maîtriser la propriété intellectuelle de sa technologie embarquée que le constructeur peut valoriser financièrement.

"Le logiciel représente aujourd'hui 15 à 25% de la valeur d'une voiture, et ce sera plus de 50% après 2020. Il faut maîtriser cet univers en interne", explique Thierry Bolloré dans le quotidien économique.

Les termes financiers de l'opération n'ont pas été révélés.

L'acquisition, dont la finalisation est prévue d'ici la fin du deuxième trimestre, s'effectuera à travers l'achat par Renault d'une société nouvellement créée par Intel dans laquelle seront transférées les activités de R&D. L'entité sera rattachée à la direction "Engineering des Systèmes Alliance" du constructeur.

Le fabricant de semi-conducteurs Intel a fait de l'automobile un secteur clé. Il vient de racheter le groupe technologique israélien Mobileye — spécialisé dans les caméras et les logiciels pour les constructeurs — pour un montant compris entre 14 et 15 milliards de dollars (13,12 et 14,05 milliards d'euros).

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La France pourrait infliger à Volkswagen une amende de 19,7Mds€ pour le trucage de ses émissions polluantes

VIDEO: Voici à quoi ressembleraient les planètes si elles étaient plus proches de la Terre